Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Zénith historique pour les Bunds, OAT, Bonos

Marché : Zénith historique pour les Bunds, OAT, Bonos

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les bunds viennent d'inscrire un nouveau plancher historique à 0,8370% sur font de dégradation des marchés d'actions, avec un nouveau repli atteignant jusqu'à -1,5% en Europe.

Alors que la production de l'industrie manufacturière s'est contractée de -0,2% en France (contre -4% en Allemagne), les OAT tutoient maintenant les 1,20% (autre plancher historique) mais la détente de 2Pts de base des rendements ne traduit pas d'arbitrage massif au détriment des actions, en Europe comme aux Etats-Unis (puisque les T-Bonds sont inchangés à 2,30% après 2,34% en matinée).

Les T-Bonds ont affiché jusqu'à 2,292% grâce au recul de -0,2% des prix à l'importation en septembre tandis que les prix à l'exportation, hors pétrole, ont baissé de 0,1%.

Au sud de l'Europe, les rendements sont figés à proximité des records absolus à 2,05% sur les 'bonos' espagnols et 2,32% sur les BTP italiens.

Alors que le 'G20' de Washington débute ce vendredi, Christine Lagarde, la patronne du FMI, a déclaré que “le tout dernier bilan de l'économie mondiale s'annonce malheureusement familier: une reprise fragile, inégale, avec une croissance plus lente que prévue et de plus en plus de risques baissiers'.

'Il faut des politiques ambitieuses mises en oeuvre avec détermination pour éviter une longue période de croissance 'médiocre', avec des niveaux trop faibles de création d'emplois et d'inclusion pour être acceptables.”

Toute la problématique se résume à l'absence de marges de manoeuvre en Europe, la récession qui frappe le Brésil, le surendettement de l'état Chinois... et les 100% d'endettement des USA (avec un déficit de -6%).

Le patron de la BCE, Mario Draghi, a rappelé hier que son institution avait fait beaucoup, tant en termes conventionnels (les taux) que non conventionnels (les rachats d'actifs en vue) : “lorsqu'une banque centrale a ramené ses taux directeurs à un niveau plancher, la taille et le contenu de son bilan sont les seuls outils dont elle dispose encore”, a-t-il déclaré hier depuis Washington.

Il a ajouté : “afin de trouver une issue à la crise actuelle, il est nécessaire de retrouver confiance dans le potentiel de nos économies”. Et encore : “pour les Etats et les institutions européennes qui en ont la possibilité, utiliser le levier budgétaire n'est pas dépourvu de sens”.

Alors que la Livre s'est appréciée contre l'euro cet été, le déficit commercial du Royaume Uni s'est réduit à 1,9 milliard de livres en août.
Avec un yen au plus bas historique, le Japon creuse en revanche ses déficits: étrange paradoxe.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI