Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Vers de nouveaux records de production de pétrole aux Etats-Unis

mardi 16 janvier 2018 à 11h05
Marché : Vers de nouveaux records de production de pétrole aux Etats-Unis

par Liz Hampton

HOUSTON (Reuters) - La production pétrolière américaine va dépasser 10 millions de barils par jour (bpj) grâce au boom du pétrole de schiste, excédant un précédent record atteint dans les années 1970 et en route vers la prévision des autorités américaines d'une production de 11 millions de bpj à la fin 2019, équivalente à celle de la Russie, le premier producteur mondial.

Les craintes de pénurie de pétrole déclenchées par les crises pétrolières des années 1970 sont oubliées et ont fait place à la stratégie de Washington de "domination énergétique" mondiale.

"Cela a eu des conséquences incroyablement positives pour l'économie américaine, pour l'emploi et même pour la réduction de notre empreinte carbone" avec le remplacement du charbon par le gaz de schiste dans les centrales électriques, a dit John England, en charge des secteurs de l'énergie et des ressources de base chez Deloitte.

La rapide expansion du secteur fait toutefois craindre qu'il n'ait déjà atteint son pic de production et que les prévisions d'une nouvelle augmentation soient trop optimistes.

Les coûts de la main d'oeuvre et des services parapétroliers ont augmenté et risquent de miner la rentabilité du secteur.

Mais les producteurs américains ont montré leur capacité à surmonter de sérieuses difficultés comme la guerre des prix déclenchée par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui avait fait plonger les cours du brut de plus de 100 dollars le baril en 2014 à moins de 27 dollars début 2016.

Ils avaient résisté en réduisant leurs coûts et en améliorant les techniques d'extraction.

L'EXPORT EN SOUTIEN

La remontée des cours après l'accord de limitation de la production conclu en novembre 2016 entre les pays de l'Opep et certains pays non-membres comme la Russie a permis un redressement de la rentabilité et une reprise des forages.

La levée à la fin 2015 par le Congrès américain de l'interdiction des exportations de pétrole produit aux Etats-Unis, imposée après l'embargo décrété par l'Opep en 1973, a parallèlement favorisé une hausse des ventes à l'international.

Les Etats-Unis exportent désormais 1,7 million de barils de brut par jour et sont maintenant en capacité d'exporter l'équivalent de 110 millions de m3 de gaz par jour.

La demande internationale et la hausse de la production dans des zones très éloignées du littoral comme l'Ouest du Texas ou le Dakota du Nord ont entraîné la construction de milliers de kilomètres d'oléoducs et de gazoducs supplémentaires - plus de 40.000 kilomètres entre 2012 et 2016, selon la Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration - dont ont bénéficié des firmes comme Kinder Morgan ou Enterprise Products Partners. Et plusieurs projets qui se chiffrent en milliards de dollars sont en attente.

TECHNOLOGIES PROMETTEUSES

La poursuite de la croissance passe par le développement de nouvelles technologies permettant d'extraire plus de pétrole. Les compagnies équipent les puits de capteurs pour mieux localiser les poches de pétrole, recourent à l'intelligence artificielle et à la robotique pour améliorer les rendements.

Si la hausse des investissements pousse les producteurs à forer de nouveaux puits dans des zones moins productives, la technologie permet de rendre ces paris plus profitables, a dit Kate Richard, directrice générale de Warwick Energy Group qui détient des intérêts dans plus de 5.000 puits aux Etats-Unis.

La remontée des cours du brut, en hausse d'environ 10 dollars par baril sur les deux derniers mois, encourage aussi les acteurs du secteur à mettre en activité les quelques 7.300 puits forés mais non encore exploités en raison de la pénurie de main d'oeuvre et d'équipements.

Des fournisseurs de services de fragmentation hydraulique comme Keane Group ou Liberty Oilfield Services ont d'ailleurs investi dans de nouveaux équipements coûteux dans l'espoir d'une hausse de la demande.

Le chiffre d'affaires des spécialistes de la fracturation devrait progresser de 20% cette année pour s'approcher du précédent record de 29 milliards de dollars atteint en 2014, selon le consultant spécialisé Spears & Associates.

Longtemps le terrain de jeu d'aventuriers devenus milliardaires, la production de pétrole et de gaz de schiste est de plus en plus investie par les majors comme Exxon Mobil ou Chevron.

La première a acquis des terrains dans le bassin Permien, l'épicentre de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis, pour 6,6 milliards de dollars l'année dernière et la seconde prévoit d'investir 4,3 milliards dans des projets dans le pétrole de schiste cette année.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2018 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.20 % vs +1.09 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat