Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Une sortie de l'Etat du capital de Lloyds se fait plus nette

Marché : Une sortie de l'Etat du capital de Lloyds se fait plus nette

Marché : Une sortie de l'Etat du capital de Lloyds se fait plus netteMarché : Une sortie de l'Etat du capital de Lloyds se fait plus nette

EDIMBOURG (Reuters) - La probabilité que l'Etat britannique puisse à terme céder sa participation de 39% dans Lloyds, première banque de détail du pays, a augmenté en 2012 et le gouvernement devrait pouvoir commencer à vendre des titres "au fil du temps", a dit jeudi le président de l'établissement.

Le cours de l'action Lloyds se rapproche du niveau de 61 pence à partir duquel le Trésor juge qu'il peut se défaire de sa participation sans subir de pertes. Le titre se traitait vers 14h35 GMT à 60,32 pence (+1,60%),

"L'année 2012 a vu la probabilité (d'une sortie de l'Etat) s'améliorer", a déclaré Win Bischoff lors de l'assemblée générale des actionnaires.

"Nous restons déterminés à fonctionner comme une entité entièrement privée, rentable, auto-suffisante et versant des dividendes."

En début de semaine, Lloyds a annoncé que Win Bischoff prendrait sa retraite d'ici la prochaine assemblée générale, en mai 2014, après avoir supervisé la remise sur pied de la banque, sauvée de la faillite en 2008 par une injection de 20 milliards de livres (23,7 milliards d'euros) d'argent public.

Le soutien apporté durant cette période à Royal Bank of Scotland, autre banque britannique de premier plan, a encore été plus massif puisque le Trésor a injecté 45,5 milliards de livres dans l'établissement, dont il détient désormais plus de 80%.

Des sources politiques et bancaires ont rapporté que Londres espérait commencer à céder ses parts dans Lloyds avant les élections législatives de 2015.

Cette hypothèse paraît plus réaliste qu'un désengagement à court terme de RBS, où l'Etat britannique subit actuellement une perte, sur le papier, de 17 milliards de livres.

Win Bisschoff a dit que Lloyds espérait renouer le plus vite possible avec un versement de dividendes.

"Une fois que les exigences réglementaires auront été clairement définies, que nous les aurons remplies et si la position financière du groupe et les conditions de marché le permettent, il est dans notre intention de reprendre les paiements de dividendes", a-t-il souligné.

En mars, le Comité de politique financière de la Banque d'Angleterre (BoE) a déclaré que les banques britanniques devaient lever 25 milliards de livres de capitaux supplémentaires d'ici la fin de l'année pour être en mesure de supporter d'éventuelles pertes et de poursuivre l'octroi de crédit.

Le régulateur n'avait pas précisé le nom des banques concernées par cette levée de capitaux mais les analystes sont d'avis que Lloyds en fait partie.

Matt Scuffham, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...