Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Une agence unique préconisée en France pour soutenir l'export

Marché : Une agence unique préconisée en France pour soutenir l'export

tradingsat

par Constance De Cambiaire

PARIS (Reuters) - Il est nécessaire de regrouper au sein d'une agence unique les nombreux acteurs chargés d'aider les entreprises françaises à se développer à l'international, selon un rapport remis mercredi à Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur.

Cette agence pourrait être construite à partir d'Ubifrance, qui serait transformée en société anonyme avec à son capital l'Etat, la banque publique d'investissement BPI France, les régions, les chambres de commerce et d'industrie (CCI) et le secteur privé, préconise le rapport.

Cette "évaluation des dispositifs de soutien à l'internationalisation de l'économie française", réalisée dans le cadre de la Modernisation de l'action publique (MAP), propose aussi de simplifier les démarches administratives, d'accélérer la procédure d'obtention des visas et d'assouplir les conditions d'embauche des VIE (Volontariat international en entreprise).

"La première tâche est de fédérer les acteurs", a reconnu Nicole Bricq lors d'une conférence de presse.

Interrogée sur le calendrier d'une éventuelle fusion entre Ubifrance et l'Afii, elle est toutefois restée évasive : "Je suis favorable à la proposition qui a été faite, mais je ne suis qu'un maillon de la chaîne. Je ne suis pas capable de vous répondre précisément."

La ministre a en revanche indiqué qu'elle souhaitait "labelliser les entreprises exportatrices" et leur faciliter l'obtention des visas.

Le rapport insiste aussi sur la nécessité de rendre la France plus attractive aux investissements étrangers.

"Un tiers des exportations françaises sont réalisées par des filiales d'entreprises étrangères implantées dans notre pays", a expliqué Alain Bentejac, coauteur du rapport avec Jacques Desponts.

La France, selon un classement publié mercredi, se situe au 12e rang mondial pour la confiance qu'elle inspire aux investisseurs internationaux.

En matière de projets d'implantation, la France a perdu 13% entre 2012 et 2011, loin derrière les Etats-Unis et l'Allemagne, selon le baromètre de l'attractivité de la France du cabinet Ernst & Young, cité dans le rapport.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI