Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Toujours le calme plat pour la parité euro/dollar

Marché : Toujours le calme plat pour la parité euro/dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - Serait-ce l'effet du “summer lull”, la traditionnelle torpeur estivale ? L'indécision dominait toujours vendredi midi sur le marché des changes, du moins dans le cas de la parité euro/dollar, “scotchée” autour des 1,31 dollar depuis quatre jours déjà. Vers midi, l'euro recule symboliquement de 0,04% à 1,3105 dollar, ainsi d'ailleurs que face au yen (- 0,12% à 131,60 yens).

L'euro se tasse avec mesure contre le sterling britannique (- 0,2% à 0,8591) et le franc suisse (- 0,11% à 1,2366).

L'heure est encore et toujours à la digestion des propos tenus par Ben Bernanke, le président de la Fed, devant le parlement américain ces deux derniers jours. Force est de constater que ces déclarations n'ont engendré aucune tendance nouvelle sur la parité euro/dollar.

Pré-annoncée par la Fed, la perspective de voire se terminer les mesures de soutien non-conventionnelles de la politque de la Fed l'an prochain (les rachats d'actifs obligataires, les fameux QE), puis du redressement des taux directeurs (la partie conventionnelle de la politique monétaire) a effectivement inquiété les investisseurs.

Depuis lors, les officiels de la Réserve fédérale n'ont de cesse de se montrer rassurants. Ces deux derniers jours au Congrès américain, résume Barclays Bourse, “le président de la Fed, a indiqué encore une fois hier que les achats d'actifs de la Fed devraient prendre fin d'ici la mi-2014, en précisant que cela peut arriver un peu plus tôt ou un peu plus tard. Il a précisé aussi qu'il pouvait y avoir un grand décalage entre la fin des rachats d'actifs et le relèvement des taux directeurs”.

Notons que la première estimation de la croissance américaine au 2ème trimestre sera publiée le 31 juillet. Après intégration des dernières statistiques de ventes au détail, de stocks, de gros etc, le consensus, qui au début du mois était de 1,8% de croissance (soit autant qu'au 1er trimestre) s'est effondré : il serait maintenant revenu aux environs de 1%, ce qui dénoterait donc d'une nette baisse de régime de l'économie par rapport au premier quart de l'année. Cette récente tendance joue contre le dollar.

L'euro ne souffre pas de l'annonce, hier par la Banque centrale européenne (BCE), de l'élargissement du “collatéral”, c'est-à-dire de la liste des actifs acceptés en garantie lors des opérations de liquidité. Les experts de Barclays Bourse expliquent : “cette décision concerne surtout les ABS (Asset-backed securities), une classe d'actifs que la BCE veut promouvoir pour ouvrir de nouvelles sources de financement aux PME. Les ABS sont des valeurs mobilières adossées à des actifs. La BCE acceptera donc les ABS de moins bonne qualité et lesquels feront l'objet d'une décote réduite à 22% contre 26% auparavant (10% contre 16% auparavant pour les mieux notés)”

Et Barclays Bourse de conclure : “l'impact devrait se chiffrer à une vingtaine de milliards d'euros d'ABS supplémentaires pour servir de garantie, pas de quoi changer la face du monde en matière de financement des PME, mais la nouvelle est symbolique et va dans le bon sens.”

L'agenda statistique de ce vendredi restera léger : en Europe, on a appris ce matin que les prix à la production industrielle en Allemagne avaient augmenté de 0,6% sur un an au mois de juin. Aucune donnée économique d'importance n'est attendue aux Etats-Unis.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI