Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : 'surveiller le discours de la Fed' (Aurel BGC)

Marché : 'surveiller le discours de la Fed' (Aurel BGC)

tradingsat

(CercleFinance.com) - Christian Parisot et Jean-Louis Mourier, respectivement chef économiste et économiste chez Aurel BGC, ont livré leur scénario pour 2013, à l'occasion d'une conférence tenue ce mercredi.

Ils ont tout d'abord indiqué que le rebond de la croissance mondiale s'annonce modéré, tiré par les émergents, notamment par l'Asie. Ils tablent par ailleurs sur une bonne tenue de l'économie américaine.

'On a évité le pire aux Etats-Unis en début d'année mais les incertitudes perdurent sur le vote de la hausse du plafond de la dette', ont souligné les spécialistes qui anticipent un accord a minima à la dernière minute.

Outre-Atlantique, les investissements des entreprises devraient reprendre cette année mais la consommation des ménages présente un risque pour l'économie.

'Autre donnée à surveiller attentivement: le changement de discours de la part de la Fed', ont prévenu Christian Parisot et Jean-Louis Mourier.

Par ailleurs, 'l'activité économique devrait se stabiliser au premier semestre en zone euro, avant de rebondir mollement dans la seconde partie de 2013', ont-ils ajouté, mettant en lumière des 'conditions de financement encore difficiles et une demande intérieure faible' et prévoyant des 'écarts de croissance qui resteront importants' au sein de la zone.

Selon eux, une baisse des taux de la BCE est toujours possible et dépend de l'évolution de l'état du système financier. 'L'examen du fonctionnement du marché interbancaire est un élément-clé du calendrier de cette future baisse du taux refi', ont-ils précisé.

Ils tablent à court terme sur une stabilisation de l'euro face au dollar. Il continuerait à s'apprécier modérément face à la livre en raison des inquiétudes récurrentes sur l'économie britannique et de la menace de dégradations de la note souveraine du Royaume-Uni. Le yen, pour sa part, devrait globalement rebondir de manière modérée, avant d'éventuellement reprendre son mouvement de baisse générale dans quelques mois.

Les deux économistes n'anticipent pas de forte hausse des prix des matières premières cette année du fait du faible rebond de la croissance mondiale.

Ils constatent que pour le moment, les investisseurs n'opèrent pas d'arbitrage massif des obligations vers les actions. 'Les enquêtes et estimations disponibles indiquent par contre une réduction de la part des liquidités dans les portefeuilles internationaux, qui profite aux marchés actions.' Les investisseurs restent donc prudents.

Enfin, Aurel BGC estime que seul un scenario extrême de déflation pourrait justifier une surperformance du marché obligataire cette année. Ce scenario paraît peu probable à Christian Parisot et Jean-Louis Mourier.

Ils ont indiqué que la performance du marché obligataire sera forcément médiocre cette année: 'soit les investisseurs se contenteront de rendements très faibles, soit les taux longs vont remonter induisant une performance négative de ces actifs'.

L'élément déterminant pour le marché obligataire restera le discours des banquiers centraux sur la gestion de sortie de crise.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...