Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Seulement une PME ou ETI allemande sur six impactée par la Russie

Marché : Seulement une PME ou ETI allemande sur six impactée par la Russie

Marché : Seulement une PME ou ETI allemande sur six impactée par la RussieMarché : Seulement une PME ou ETI allemande sur six impactée par la Russie

BERLIN (Reuters) - Seulement une entreprise allemande petite, moyenne ou de taille intermédiaire sur six estime que le bras de fer entre les pays occidentaux et la Russie au sujet de l'Ukraine a un impact sur son activité, selon une enquête publiée mardi par le cabinet de conseil EY.

Les entreprises du "Mittelstand", qui forment la colonne vertébrale de l'économie allemande et sont nombreuses à exporter, sont 83% à juger que les tensions entre Moscou et l'Union européenne et les Etats-Unis n'ont pas d'incidence sur leurs affaires.

Seules 5% évoquent un impact "significatif" et 12% notent un effet "marginal", les industrielles étant les plus affectées.

Ces données contrastent avec l'enquête mensuelle de l'institut Ifo sur le climat des affaires qui a montré une quatrième dégradation consécutive en août, imputée à la crise ukrainienne et aux sanctions contre Moscou.

Selon des données publiées la semaine dernière, les exportations allemandes vers la Russie ont baissé de 15,5% en valeur sur les six premiers mois de 2014 et le Comité allemand des relations économiques avec l'Europe de l'Est n'exclut pas un recul de 25% sur l'ensemble de l'année.

L'enquête d'EY montre qu'un sixième des entreprises du Mittelstand sont actives en Russie, mais seules une sur 11 a fait état d'une baisse de ses commandes liée à la crise ukrainienne et une sur 17 a constaté un recul de ses ventes sur les marchés est-européens.

Les tensions politiques liées à la crise ukrainienne sont une cause d'inquiétude majeure pour seulement un cinquième des entreprises interrogées, les autres étant surtout préoccupées par les coûts de l'énergie, le ralentissement de l'économie allemande ou la faiblesse des économies étrangères.

Plus de la moitié des entreprises sondées se disent satisfaites de leur situation actuelle, soit le niveau le plus élevé depuis la création de l'enquête en 2003.

Un cinquième entendent accroître leurs investissements cette année, notamment celles du secteur industriel.

L'enquête a été effectuée en juin et en juillet auprès de 700 entreprises ayant un effectif compris entre 30 et 2.000 personnes.

Le Comité allemand des relations économiques avec l'Europe de l'Est, qui représente les intérêts allemands dans cette partie de l'Europe, a indiqué lundi que les exportations du pays vers la Russie pourraient baisser de 20 à 25% cette année en raison des sanctions.

(Michelle Martin, Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI