Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Semaine noire pour les indices américains

Marché : Semaine noire pour les indices américains

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le repli de Wall Street s'est aligné sur celui des places européennes avec un repli moyen de -3,3% des 3 principaux indices US.
Le Dow Jones a dévissé de -3,12% (-5,8% sur la semaine), le Standard & Poor's 500 de -3,2% (à 1.971Pts, soit -5,8% hebdo).

L'indice 'large' a pulvérisé en l'espace de quelques minutes le support crucial des 2.040 puis l'ultime palier de soutien des 2.020Pts et en termine sous la barre des 2.000 points pour la première fois depuis le 2
février dernier.
Le 'fait du jour' c'est aussi l'explosion quasi historique du 'VIX' (associé au 'S&P') qui a explosé de +48% vers 28,2... pulvérisant la zone de résistance des 24 testée pour la dernière fois début décembre 2014 et jamais approchée durant toute l'année 2015.

Cela fait également des années qu'une séance d'expiration des options et contrats sur indices ('3 sorcières') ne s'était pas soldée par une chute de plus de 3% des indices US (avec 100% de titres en repli), le Nasdaq Composite terminant lanterne rouge avec -3,5%, ce qui porte le repli hebdo à -6,8%, du jamais vu depuis le début du mois de septembre 2011.

Si l'on rentre un peu plus dans le détail, on s'aperçoit que les gestions (et les logiciels algorithmique de réplication indicielle) ont liquidité massivement les plus grosses capitalisations de Wall Street, à commencer par les 'AFGANT', c'est à dire l'acronyme Apple (-6,15), Facebook (-5%), Google (-5,3%), Amazon (-4,15%), Netflix (-7,6%) et Tesla (-4,7%)... sans oublier Microsoft (-5,65%), Intel (-3,5%), Exxon (-3,5%) et Chevron (-4,35%).
Les titres Merck et Wal-Mart ont également plongé de -6,5% et -7,4% respectivement sur la semaine écoulée, une correction d'une sévérité rarissime pour ces géants jugés plutôt défensifs.

Cette liquidation prioritaire en forme de 'sauve qui peut' des grosses cylindrées de la cote apparaît d'autant plus flagrante que le baromètre des 'Mid et Small Caps' -le Russel-2000- n'a cédé qu'un modeste -1,35%.

Faut-il interpréter le 'sell off' de vendredi comme un 'cri de douleur' préventif de Wall Street destiné à 'interpeller' (ou dissuader) la FED au sujet d'un renchérissement du coût du crédit mi-septembre ?

Aucune statistique n'ayant été publiée vendredi, ce n'est pas une soudaine inquiétude concernant l'économie américaine (en 'interne') qui a pu assommer Wall Street à ce point.

L'alerte rouge sur l'ensemble des indice US pourrait en revanche s'expliquer par l'effondrement de Shanghai (-4,21% vendredi et -12,5%en moyenne sur la semaine écoulée, dont -11,5% pour le SSE, l'indice le plus suivi).
Notons également la brève incursion du cours du pétrole sous le palier des 40$ vendredi en fin de séance (-7,5% sur la semaine) qui continue de mettre à mal les producteurs de 'shale oïl' et les groupes parapétroliers: Valero Energy s'est désintégré de -9%, le géant Halliburton plonge de -5,5%, Conoco-Phillips de -3,8%.

Une autre 'sourde angoisse' aurait trait à la dégradation de la situation géopolitique au Proche Orient et à l'Est de l'Ukraine (intensification des combats au Yémen et autour de Marioupol, un port stratégique sur la Mer Noire).

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI