Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Ryanair attend toujours un bénéfice record malgré le Brexit

Marché : Ryanair attend toujours un bénéfice record malgré le Brexit

Marché : Ryanair maintient ses prévisions, prudent sur le BrexitMarché : Ryanair maintient ses prévisions, prudent sur le Brexit

DUBLIN (Reuters) - Ryanair Holdings a dit lundi anticiper toujours un bénéfice record sur l'exercice en cours en dépit du vote britannique en faveur de la sortie de l'Union européenne, tout en avertissant qu'il pourrait devoir revoir ses prévisions du fait des incertitudes créées par le Brexit.

Dans une présentation aux investisseurs diffusée en ligne, le directeur général, Michael O'Leary, explique qu'il demeure un risque d'abaissement des prévisions dans le courant de l'année mais que pour le moment rien ne le justifie.

Le titre de la compagnie aérienne irlandaise gagnait 5,46% à 11,50 euros à la Bourse de Dublin après cette annonce, la meilleure performance de l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300, ramenant ainsi ses pertes à 16% depuis le référendum britannique du 23 juin.

Ryanair, la première compagnie aérienne d'Europe par le nombre de passagers transportés, a réitéré sa prévision d'un bénéfice avant impôt compris entre 1,38 et 1,43 milliard d'euros sur l'exercice clos en mars 2017, soit une augmentation de 13%.

"Je ne pense pas qu'aucune autre compagnie européenne sera en mesure de prédire ce genre de croissance, mais il y a beaucoup de nuages à l'horizon qui sont porteurs de risques pour le deuxième semestre", a dit Michael O'Leary.

La semaine dernière, la compagnie low-cost rivale easyJet a dit ne pas être en mesure de livrer une prévision de résultats après le vote du Brexit, l'attentat de Nice le 14 juillet et le putsch manqué en Turquie, et l'allemande Lufthansa a également émis un avertissement.

L'action Ryanair avait atteint un record en janvier mais a perdu 20% dans les jours qui ont suivi le référendum britannique. La compagnie irlandaise a son principal "hub" à l'aéroport de Stansted, près de Londres, et 40 millions de passagers sur les 100 millions et plus qu'elle transporte chaque année décollent du Royaume-Uni ou y atterrissent.

Le marché britannique ne représente toutefois que le quart du chiffre d'affaires de Ryanair, contre la moitié pour easyJet, qui a par ailleurs une base de coûts plus élevée.

Ryanair a précisé avoir déjà vendu 75% de ses billets pour les trois mois à fin septembre, alors que son concurrent britannique n'en a écoulé que 65%. Un grand nombre de ces billets a été vendu avant le 23 juin, minimisant ainsi l'impact de la chute de la livre sur les réservations d'été, a noté le directeur financier de Ryanair, Neil Sorohan.

Pour limiter encore cet impact, Ryanair va réduire ses capacités dans les aéroports britanniques à partir de cet hiver, a-t-il dit. La plupart des 50 avions dont la compagnie prendra livraison l'an prochain seront affectés à des routes extérieures au Royaume-Uni.

Michael O'Leary a assuré que Ryanair réussirait la transition même dans le scénario le plus pessimiste, où Londres perdrait l'accès au marché unique européen et à la zone aérienne dite à "ciel ouvert". Les risques "seront gérables" et l'impact sera moindre que sur la concurrence, a-t-il dit.

(Conor Humphries, Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...