Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Rien de nouveau sur un taux des dépôts négatif de la BCE

Marché : Rien de nouveau sur un taux des dépôts négatif de la BCE

Marché : Rien de nouveau sur un taux des dépôts négatif de la BCEMarché : Rien de nouveau sur un taux des dépôts négatif de la BCE

BERLIN (Reuters) - La Banque centrale européenne n'a rien de nouveau à dire sur l'éventualité qu'elle adopte un taux des dépôts négatif, a déclaré jeudi le président de la BCE Mario Draghi.

"Je vous en supplie - n'essayez pas de déduire de ce que je dis aujourd'hui quoi que ce soit sur l'éventualité d'un taux négatif sur les facilités de dépôt", a-t-il dit à une conférence organisée par le journal allemand Süddeutsche Zeitung.

"Comme je l'ai dit lors de la conférence de presse, cela a été débattu durant la dernière réunion de politique monétaire et il n'y a rien de nouveau depuis."

Le 7 novembre, Mario Draghi avait déclaré que la banque centrale était prête "d'un point de vue logistique" à un taux négatif si cela était rendu nécessaire par la situation économique.

L'euro est monté à son plus haut niveau de séance, à 1,3477 dollar, après ces commentaires, alors qu'il était à 1,3435 dollar juste avant. Les futures sur Bund allemands sont de leur côté tombés à leur plus bas de la journée

L'agence Bloomberg a annoncé mercredi que la BCE envisageait de faire payer les banques européennes pour leur dépôts au jour le jour auprès de ses guichets. (voir )

Si la BCE décidait de ramener le taux des dépôts sous leur niveau actuel de zéro, elle envisagerait de le fixer à -0,1%, a précisé Bloomberg, qui citait des sources non identifiées.

Avec une inflation de la zone euro à 0,7%, soit bien éloignée de l'objectif de la BCE qui est d'un peu moins de 2%, la banque centrale est ouverte à toute possibilité innovante pour soutenir l'économie. "Tout est possible", avait dit mardi le vice-président Vitor Constancio.

Un responsable de banque centrale a dit mercredi à Reuters que la BCE, les banques centrales nationales de la zone euro et les et les prêteurs privés avaient tous ajusté leurs mécanismes internes pour s'adapter à un taux des dépôts négatif s'il advenait.

"Mais, ce qui tranche d'avec le printemps, lorsque cette possibilité était activement débattue, c'est que le goût en est passé ces derniers temps", a précisé ce responsable.

Stephen Brown, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...