Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Rebond des actions en zone euro, Wall Street attendue en hausse

lundi 29 novembre 2021 à 13h18
Marché : Rebond des actions en zone euro, Wall Street attendue en hausse

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse et les Bourses européennes rebondissent lundi à mi-séance tandis que le pétrole progresse nettement sur des achats à bon compte, les investisseurs adoptant un point de vue plus mesuré en attendant d'y voir plus clair dans les répercussions sanitaires et économique du variant Omicron du coronavirus responsable du COVID-19.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,7% pour le Dow Jones, de 0,9% pour le S&P-500 et de 1% pour le Nasdaq après avoir perdu plus de 2% vendredi.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,27% à 6.825,17 vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,78% et à Londres, le FTSE s'octroie 1,23%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 monte de 1,17%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,22% et le Stoxx 600 de 1,12%.

Les actions européennes effaçent une partie des lourdes pertes enregistrées vendredi à la suite de la découverte d'un nouveau variant qui a fait craindre un ralentissement économique mondial.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé que le risque lié au variant était "très élevé" à l'échelle mondiale, notamment du fait de la grande probabilité qu'il se répande à travers le monde mais un médecin sud-africain, l'un des premiers confrontés à la souche, a indiqué que les symptômes étaient jusqu'à présent légers.

"Il reste encore beaucoup à découvrir sur cette nouvelle souche, ce qui rend difficile de savoir si elle deviendra un nouveau "cygne noir" ou simplement une turbulence temporaire pour les marchés", a déclaré Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades. Le marché prendra connaissance à 13h00 de la première estimation de l'inflation en Allemagne en novembre et d'après les données régionales publiées dans la matinée pour plusieurs Länder, il devrait dépasser, aux normes nationales, le seuil de 5% sur un an pour la première fois en près de 30 ans.

VALEURS EN EUROPE

Hormis le secteur de la santé, la majorité des compartiments européens évoluent en hausse, la progression la plus importante revenant à l'indice Stoxx du transport et des loisirs qui gagne 3,6%.

Les compagnies aériennes, ébranlées par les inquiétudes concernant les restrictions de circulation, reprennent des couleurs: Air France-KLM gagne 3,27%, Lufthansa 5,24% et Ryanair 5,6%.

A contre-courant, l'équipementier automobile Faurecia chute de 5,11% après avoir abaissé ses prévisions annuelles.

Il entraîne dans son sillage d'autres valeurs du secteur comme Plastic Omnium (-1,81%) et Continental (-3,07%).

A Londres, BT (+6,66%) a légèrement réduit ses gains après que le conglomérat indien Reliance Industries a démenti envisager une offre sur l'opérateur télécoms britannique.

TAUX

Sur le marché obligataire, le dix ans américain gagne cinq points de base, à 1,5363%, après avoir reculé d'environ 16 points vendredi, du jamais vu depuis le début de la pandémie.

Son équivalent allemand suit le mouvement et reprend trois points, autour de -0,312%.

CHANGES

Sur le marché des devises, le yen et le franc suisse, qui ont profité vendredi de l'aversion au risque, affichent désormais un léger repli tandis que le dollar se stabilise face à un panier de référence après avoir chuté de 0,7%.

L'euro recule à 1,1291 dollar (-0,23%).

"Si Omicron entraîne des confinements et une nouvelle baisse de l'activité économique à l'échelle mondiale, toutes les prévisions de hausse des taux des banques centrales s'avéreront vaines", a déclaré Ulrich Leuchtmann de Commerzbank.

"Et quelles devises en seront gagnantes? Celles pour lesquelles des hausses de taux n'ont jamais été anticipées au départ. L'euro, le yen et le franc suisse," a-t-il poursuivi dans une note.

PÉTROLE

Le marché du pétrole efface une partie des pertes de vendredi, certains investisseurs estimant que la chute des cours et des marchés financiers observée en fin de semaine en raison des inquiétudes liées au variant Omicron était excessive.

"Je ne peux pas m'empêcher de penser que les plus bas de vendredi étaient probablement l'affaire de l'année si vous étiez acheteur en pétrole", a déclaré Jeffrey Halley chez OANDA.

Le baril de Brent gagne 4,48%, à 75,98 dollars, après avoir chuté de 12% vendredi. Le brut américain (West Texas Intermediate, WTI) est en hausse de 4,96%, à 71,53 dollars le baril, après avoir perdu 13% lors de la séance précédente.

(Laetitia Volga, édité par Matthieu Protard)

Copyright © 2021 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +39.62 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat