Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Pictet AM mise sur le Japon et les émergents

Marché : Pictet AM mise sur le Japon et les émergents

tradingsat

(CercleFinance.com) - Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM, a réuni la presse ce mercredi, afin de livrer ses convictions pour 2014.

Le professionnel estime qu'à la différence de 2013, les investisseurs disposent cette année d'une meilleure visibilité sur l'action de la Fed et peuvent se montrer optimistes sur la croissance américaine.

'2013 a été l'année de la Fed, 2014 sera peut-être celle de la BCE qui devra agir pour faire face à la menace de déflation et à la restriction du crédit', a-t-il souligné.

L'institution européenne peut dégainer une ou plusieurs armes: des taux directeurs négatifs, la 'forward guidance' (communication avancée), le lancement d'un LTRO (opération de refinancement à long-terme), le funding for lending (destiné à favoriser la reprise du crédit) ou encore les achats d'actifs.

Selon Frédéric Rollin, le recours à la 'forward guidance' serait le plus probable mais les achats d'actifs l'option la plus efficace.

Le spécialiste a partagé ses vues positives sur les actions pour 2014. 'Les obligations restent chères', a-t-il précisé.

Concernant les marchés actions, il s'agira de 'compter sur les profits plus que sur les ratios'. Frédéric Rollin a exprimé son intérêt pour les secteurs de fin de cycle comme les technologies ou l'industrie.

Par zones géographiques, à contre-courant de bon nombre de gérants, il affiche son optimisme quant aux perspectives du marché japonais, 'plus que sur l'économie du pays', au regard notamment de valorisations attrayantes.

Par ailleurs, le professionnel, toujours à l'écart du consensus, voit du potentiel sur les marchés émergents, particulièrement au Brésil, en Chine ou encore en Russie.

Il considère même que 'les émergents pourraient délivrer la meilleure performance de 2014', rappelant que les actions restent bon marché relativement à leurs valorisations historiques et tablant sur une reprise de la croissance bénéficiaire.

Frédéric Rollin est plus réservé sur l'Europe, principalement 'pour des raisons de croissance économique'.

Enfin, du côté obligataire, il aime plutôt le High Yield européen car la situation des entreprises reste saine. 'Elle ont réussi à accroître le cash en bilan tout en stabilisant leur levier', a-t-il précisé.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...