Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Petite reprise de l'euro contre le dollar

Marché : Petite reprise de l'euro contre le dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au delà des incertitudes chypriotes et italiennes, pour la parité de changes euro/dollar tombée hier à son plus bas niveau de quatre mois environ, un apaisement relatif était de mise jeudi midi sur le marché des changes. Peu avant 13 heures, l'euro se reprend ainsi de 0,28% à 1,2815 dollar. Rappelons qu'un point bas de 1,2751 avait été touché hier.

L'euro connaît également une reprise contenue face au yen à 120,84 yens l'euro (+ 0,22%), de 0,32% face au sterling à 0,8474, et aussi de 0,09% contre le franc suisse à 1,2198 franc l'euro.

Toutefois, le sentiment ne s'est guère amélioré à la veille du week-end pascal, selon les cambistes de Deutsche Bank, qui résument leur sentiment actuel sur l'euro avec cette équation : 'contrôle des capitaux + vide politique + croissance faible = restez 'short' (vendeur, ndlr) de la paire euro/dollar'.

En effet, et en dépit de l'importance relative de Chypre, la manière dont a été traitée la crise bancaire et financière de ce pays s'est traduite par le recours à diverses mesures exceptionnelles, sinon inédites, lourdes de conséquences. L'une d'entre elles, alors que les guichets des banques de l'île ont rouvert ce matin, est le contrôle des capitaux, afin d'éviter d'une part que les Chypriotes ne retirent tous leurs dépôts des banques, et qu'ensuite ils les 'sortent' du pays. De ce fait, 'l'union économique et monétaire de la zone euro n'existe plus', estime Deutsche Bank.

'Nous sommes persuadés que la réponse politique à la crise chypriote a été très contre-productive', affirment encore les spécialistes.

De plus, Deutsche Bank souligne que le 'vide politique' italien réduit encore la probabilité d'un déclenchement des OMT, les rachats d'actifs obligataires conditionnels de la BCE, qui sont suspendus à des engagements budgétaires de la part des Etats concernés. Ce qui est impossible en Italie en l'absence de gouvernement.

Enfin, ajoutent les spécialistes de la banque allemande, 'la reprise de la croissance (en Europe) a également déçu', notamment car la courroie de transmission du crédit bancaire fonctionne toujours mal. Bref, Deutsche Bank demeure baissier sur la parité euro/dollar et estime qu'un niveau de 1,20 dollar l'euro serait plus 'confortable”.

Par ailleurs, selon un cambiste parisien, 'les inquiétudes sur l'euro persistent', en raison notamment de l'Italie, d'une toute autre importance relative que Chypre au sein de la zone euro. Hier, une adjudication d'emprunts d'Etat a rencontré un 'maigre' succès, indique le spécialiste. Et ce d'autant qu'aucune majorité gouvernementale ne s'est encore dégagée à Rome

'Les réformes économiques nécessaires ont été mises en veilleuse alors que l'économie de la péninsule demeure engluée dans la récession', estime ce spécialiste.

Notons cependant que ce jour à Rome, le leader du centre-gauche, Pier Luigi Bersani, doit rencontrer le président Giorgio Napolitano en vue d'évoquer la formation d'un gouvernement.

Enfin, les principales statistiques européennes de la matinée n'ont pas été d'un grand soutien pour l'euro. Certes, la hausse des ventes de détail en Allemagne au mois de février constitue une bonne surprise allant dans le sens d'une reprise de l'économie au premier trimestre 2013, estiment les analystes de Natixis. Après une progression de 3% inédite depuis plus de six ans en janvier, les ventes au détail ont augmenté de 0,4% le mois dernier, selon des chiffres publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique. Le consensus anticipait un repli de l'ordre de 1% de la consommation en février.

Cependant et toujours au sein de la première économie de la zone euro, le nombre de chômeurs a augmenté de 13.000 au mois de mars, en rythme séquentiel. Or le consensus tablait sur une baisse d'un peu moins de 5.000.

Cet après-midi, les opérateurs de change guetteront, en provenance des Etats-Unis, l'indice PMI de Chicago pour mars, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage, et l'estimation finale de croissance du PIB du quatrième trimestre, qui devrait ressortir à 0,5% en rythme annualisé.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...