Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pas de tendance sur l'euro/dollar avant la BCE

Marché : Pas de tendance sur l'euro/dollar avant la BCE

tradingsat

(CercleFinance.com) - C'est avec une grande prudence que la parité de changes euro/dollar attendait, tout à l'heure, le communiqué et la conférence très attendue de la BCE à l'issue du conseil des gouverneurs. Vers 12 heures 15, l'euro se tasse ainsi de 0,15% à 1,3164 dollar, soit une baisse comparable à la hausse de pareille ampleur enregistrée la veille.

L'actualité de la veille a été dominée par l'issue de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed, le fameux FOMC. Chez Barclays Bourse, on en résume ainsi la teneur : “la Fed a indiqué que l'activité économique a progressé depuis mars à un rythme modéré. Cependant, elle souligne que les coupes budgétaires massives freineraient la reprise (...). La Fed a décidé de poursuivre ses rachats d'actifs à un rythme de 40 milliards de dollars par mois, ainsi que ses achats de titres du Trésor à un rythme de 45 milliards de dollars par mois'.

Un cambiste nord-européen parle même de 'non évènement'.

Selon les canadiens de la banque FBN, “en prorogeant son programme de rachats d'actifs, le FOMC garde le pied sur l'accélérateur de la détente monétaire. C'est à notre avis une décision sage vu les signes de décélération de l'activité économique et de l'emploi qui sont apparus au début du deuxième trimestre. De plus, l'inflation reste jugulée (...). En disant officiellement qu'il pourrait augmenter ou diminuer le rythme de ses rachats, la Fed ne ferme aucune porte pour ce qui est de l'avenir de l'assouplissement quantitatif”. Mais l'accélération conjoncturelle attendue au S2 devrait entraîner une réduction progressive de l'enveloppe allouée aux “QE”.

L'actualité statistique de la matinée était toujours plutôt sombre pour l'Europe. Se repliant légèrement de 46,8 en mars à 46,7 en avril - mais affichant un niveau supérieur à sa dernière estimation Flash (46,5) -, l'indice PMI final pour l'industrie manufacturière de la zone euro signale une contraction de l'activité dans le secteur pour le 21ème mois consécutif.

Markit souligne que l'indice PMI s'établit en dessous de la barre du 50 du sans changement dans tous les pays de l'Eurozone en avril, et que le taux de contraction se redresse en Allemagne. Les quatre pays affichant les plus faibles performances restent néanmoins la France, l'Italie, la Grèce et l'Espagne.

'Les mauvaises performances du secteur manufacturier semblent donc peser, de façon croissante et significative, sur l'économie de la zone euro, et pourraient contribuer à un renforcement de la baisse du PIB au deuxième trimestre', s'alarme Chris Williamson, économiste en chef de Markit.

En début d'après-midi, la BCE se livrera à son tour au même exercice que la Fed hier soir, après un conseil des gouverneurs qui se tiendra en Slovaquie. “Le marché semble avoir déjà anticipé une probable baisse des taux de la Banque centrale européenne cet après-midi”, résument les traders de Barclays Bourse. A leur plus bas niveau historique de 0,75% depuis l'été dernier, les taux courts de la BCE devraient selon l'opinion majoritaire être ramenés à 0,50%.

Selon IG, “une telle décision ne ferait que viser le symptôme, non le problème réel. Les indices PMI de ce matin se sont avérés un peu meilleurs, mais ils demeurent en territoire négatif, illustrant ainsi les problèmes économiques qui frappent actuellement le continent.”

Et IG de poursuivre : 'une baisse des taux pourrait donner un coup de fouet aux marchés, mais cette éventualité serait bien mince face aux problèmes de faible productivité et de chômage élevé qui paralysent les Etats-membres de la zone euro.'

Chez Société Générale, on estime qu'il faudra d'abord s'assurer que la BCE baisse effectivement ses taux, comme tout le monde ou presque l'attend. Certes, cette décision pourrait être justifiée par la décrue du taux d'inflation bien en deçà du seuil des 2%.

'Pourtant, les taux réels sont déjà bas et à ce jour, les liquidités massivement injectées n'ont pu enrayer la tendance au désendettement qui marque le Sud de l'Europe.' Une action comme celle menée par la Banque d'Angleterre, avec son programme 'Funding for lending' ('des refinancements en vue de prêts'), serait plus avisée. Mais Société Générale n'est pas convaincue que la BCE dévoilera un tel programme aujourd'hui.

Bref, 'nous pensons que le marché sera déçu par ce qu'annoncera la BCE', estiment donc les analystes.

Par ailleurs, l'euro se tasse de 0,51% à 128,01 yens, de 0,25% à 0,8452 livre et reste stable contre le franc suisse à 1,2224.

Plus tard dans l'après-midi, des statistiques américaines sont également attendues comme les inscriptions hebdomadaires au chômage estimées pratiquement stables vers 345.000, ainsi que la balance commerciale de mars, et le coût du travail ainsi que la productivité pour le 1er trimestre.

Le rapport sur l'emploi US pour avril sera publié demain. Après un chiffre décevant de 88.000 en mars, le consensus se situe actuellement autour de 150.000 créations de postes le mois dernier outre-Atlantique.



Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI