Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pas de redressement pour la paire euro/dollar

Marché : Pas de redressement pour la paire euro/dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - Sur le marché des changes mardi midi, la monnaie unique européenne ne parvenait pas à reprendre les 1% qu'elle a perdu hier contre le billet vert, après l'annonce d'un probable “prélèvement à la source” sur les dépôts bancaires chypriotes. Ce midi, l'euro reste étale face au dollar à 1,2943 dollar, après une chute de 1,02% la veille.

Le dossier chypriote suscite toujours des interrogations sur les marchés, alors que le parlement local doit se prononcer en fin d'après-midi sur le projet très controversé de taxe sur les dépôts bancaires, prévu par l'accord avec l'Eurogroupe.

Sans surprise, l'attention des marchés est focalisée sur le dossier chypriote : ce week-end, l'Eurogroupe a recommandé que l'Etat prélève directement une fraction des montants disponibles sur les comptes bancaires de dépôt des résidents et non-résidents de Chypre, afin de financer principalement la restructuration du secteur bancaire local, hypertrophié et en difficulté. On estime qu'entre le tiers et la moitié des dépôts en question sont propriété de non-résidents, principalement des personnes et sociétés russes.

Selon les derniers informations disponibles, le projet initial pourtant proposé par l'Eurogroupe ce week-end a changé de nature : il ne serait plus question de prélever d'autorité 6,75% sur les dépôts inférieurs à 100.000 euros, puis 9,9% au-delà.

Dans le sillage des rumeurs de la matinée, un cambiste nord-européen rapporte qu'un projet prévoit que les dépôts inférieurs à 20.000 euros seraient exonérés, puis qu'un taux de 3% serait appliqué entre 20.000 et 100.000 euros. 'La raison de cet adoucissement est que l'Union européenne s'est rendu compte que la crainte d'une extension de cette taxe à d'autres pays de la zone euro risquait de provoquer une résurgence de la crise souveraine', explique le cambiste.

“Les débats s'annoncent, toutefois, difficile au Parlement' de Nicosie, ajoute Aurel BGC.

Le caractère inédit de cette éventuelle mesure et les atermoiements qui ont suivi ont ajouté au scepticisme sur la gouvernance de la zone euro, alors que l'Italie n'a toujours pas de majorité gouvernementale.

On notera cependant que chez plusieurs bureaux d'études, le pessimisme noir n'est pas de mise. Crédit Suisse évoque ce matin les OMT (“outright monetary operation”) dont le président de la BCE, Mario Draghi, a acté le principe en septembre dernier : schématiquement, si un Etat-membre de la zone euro s'engage à passer sous les fourches caudines du Mécanisme européen de stabilité (MES), ce qui comprend des contraintes budgétaires, la BCE se lancerait alors dans des rachats de titre de dette de court terme de l'Etat en question. Il s'agirait en quelque sorte d'un assouplissement quantitatif à l'européenne, mais il n'a pas connu d'application effective puisqu'aucun d'Etat ne s'est engagé auprès du MES. A l'automne dernier, nombre d'analystes pensaient que l'Espagne serait la première à s'y résoudre.

Or selon Crédit Suisse ce matin, “plus les turbulences politiques en Italie ou à Chypre seront vives, plus la probabilité que le Président du gouvernement (espagnol) Mario Rajoy s'engage auprès du MES et que les OMT soient activés augmente”, indique une note de recherche.

Dans ce contexte, les statistiques de la matinée sont passées pratiquement inaperçues. L'indice ZEW du sentiment économique en Allemagne marque presque le pas en mars après trois mois consécutifs de hausse: il ne progresse que symboliquement de 0,3 point ce mois-ci, pour atteindre +48,5.

'La situation politique en Italie et le plan de sauvetage de Chypre ont accru le risque d'une aggravation de la crise des dettes de la zone euro, ce qui peut avoir contribué à l'absence de progression notable ce mois-ci', juge Wolfgang Franz, le président du ZEW.

Les investisseurs doivent par ailleurs prendre connaissance des chiffres de la construction immobilière aux Etats-Unis pour février : en moyenne, les mises en chantier sont attendues en hausse à 915.000 et les permis de construire, à 925.000.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI