Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Paris et Berlin affichent leur entente sur les thèmes économiques

Marché : Paris et Berlin affichent leur entente sur les thèmes économiques

Marché : Paris et Berlin affichent leur entente sur les thèmes économiquesMarché : Paris et Berlin affichent leur entente sur les thèmes économiques

PARIS (Reuters) - Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a comparé lundi le "pacte de responsabilité" proposé par François Hollande pour relancer l'économie française au "pacte social" qui est à l'origine des succès économiques de l'Allemagne.

L'Allemagne et la France ont tenu un conseil économique et financier au cours duquel les deux pays ont exprimé leur volonté que les projets de réforme bancaire et de taxe sur les transactions financières envisagés au niveau européen ne nuisent pas au financement de l'économie.

Le nouveau numéro deux du gouvernement allemand, Sigmar Gabriel, par ailleurs chef du Parti social-démocrate, s'est réjoui des annonces faites par François Hollande lors de sa dernière conférence de presse, notant qu'elles avaient même suscité une certaine "euphorie".

"Nous pensons qu'il est de notre devoir d'apporter notre soutien à notre partenaire français", a dit le ministre en charge de l'Economie et de l'Energie.

Selon lui, les propositions de François Hollande sont "très proches de ce qui a justement contribué à l'élan économique de l'Allemagne ces soixante dernières années, où patronat et syndicats travaillent main dans la main pour faire avancer l'économie". "On a besoin d'un partenariat social fort", a-t-il ajouté.

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a estimé de son côté que les baisses de cotisations des entreprises proposées par le pacte de responsabilité "devraient se traduire dans des résultats pour soutenir le processus de consolidation financière" en cours en France.

CONFIRMATION DU "SÉRIEUX BUDGÉTAIRE"

Le ministre français de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, s'est dit "sensible" au soutien exprimé et a indiqué qu'il avait assuré ses homologues allemands, Sigmar Gabriel et Wolfgang Schäuble, que "la France restait attachée à la réduction des déficits, à la politique de sérieux budgétaire".

"Les engagements que nous avons pris devant l'Union européenne sont des engagements qui sont toujours et totalement d'actualité", a-t-il indiqué.

La France a promis de réduire son déficit public sous la limite européenne de 3% du PIB fin 2015 contre 4,1% fin 2013.

S'agissant des enjeux européens, les ministres français et allemand des Finances ont accentué la pression sur la Commission européenne au moment où elle s'apprête à détailler ses projets de réforme bancaire, en plaidant pour l'isolement des activités spéculatives des banques dans des entités séparées plutôt que pour leur interdiction pure et simple.

"Nous souhaitons ensemble que la Commission puisse s'appuyer, prendre en compte, ce qui a déjà été fait dans nos deux pays", a dit Pierre Moscovici.

Il a estimé sur ce point que les dernières lois bancaires votées par Paris et Berlin étaient tout à fait conformes à l'esprit du rapport Liikanen, qui a inspiré les propositions de l'exécutif européen.

Pour les mêmes raisons, France et Allemagne défendent une approche pragmatique de la future taxe sur les transactions financières.

"L'objectif est de garantir une contribution équitable des marchés financiers aux efforts budgétaires, d'améliorer la stabilité financière et d'harmoniser les législations nationales, tout en préservant pleinement les mécanismes de politique monétaire et le financement de l'économie", explique le ministère français de l'Economie dans un communiqué diffusé à l'issue de la rencontre.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...