Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Nouvelles perquisitions chez Lotte Group

Marché : Nouvelles perquisitions chez Lotte Group

Marché : Nouvelles perquisitions chez Lotte GroupMarché : Nouvelles perquisitions chez Lotte Group

SEOUL (Reuters) - L'enquête sur le conglomérat sud-coréen Lotte Group s'est encore étendue mardi avec des perquisitions dans une dizaine de ses filiales, dont la plus importante société cotée du groupe, Lotte Chemical.

Vendredi, déjà, environ 200 enquêteurs s'étaient déployés en 17 endroits différents, parmi lesquels le siège du conglomérat, les bureaux de sept filiales et les domiciles de plusieurs dirigeants dont le président de Lotte Group, Shin Dong-bin.

L'enquête est par son ampleur la plus importante jamais lancée dans le pays sur un "chaebol", un conglomérat familial, disent des analystes.

Le parquet cherche à déterminer si Lotte dispose d'une "caisse noire" et soupçonne des abus de confiance impliquant des transactions entre des sociétés du groupe, ont expliqué des sources proches du dossier à Reuters vendredi.

Mardi, une source du parquet a expliqué que les perquisitions avaient été décidées après des signes montrant que des responsables du groupe cherchaient à dissimuler des preuves.

Prenant acte des ennuis judiciaires de sa maison mère, la filiale du groupe dans l'hôtellerie, Hotel Lotte, a reporté sine die lundi son projet introduction en Bourse qui s'annonçait comme le plus important de l'année dans le monde.

Shin Dong-bin a déclaré mardi que le groupe allait relancer la procédure d'entrée en Bourse avec pour objectif de la mener à bien avant la fin de l'année.

Reconnaissant que l'enquête avait "un certain impact" sur les activités du groupe, il a ajouté: "J'espère que cela se terminera bientôt."

Egalement victime de l'enquête, Lotte Chemical a dû renoncer à un projet de rachat de l'américain Axiall et un dirigeant a déclaré mardi que l'acquisition envisagée d'un opérateur américain de magasins hors taxes, d'un montant de 1.700 milliards de wons (1,3 milliard d'euros) était remise en cause.

(Joyce Lee et Jee Heun Kahng, avec Se Young Lee; Bertrand Boucey pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI