Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Microsoft déçoit au 2e trimestre, la tablette Surface à la peine

Marché : Microsoft déçoit au 2e trimestre, la tablette Surface à la peine

Marché : Microsoft manque le consensus au 4e trimestreMarché : Microsoft manque le consensus au 4e trimestre

par Bill Rigby

SEATTLE (Reuters) - Microsoft a publié jeudi des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, sous le coup du déclin des ventes de PC et d'une charge inattendue de 900 millions de dollars passée sur ses invendus de Surface, sa nouvelle tablette qui peine à séduire.

Le titre Microsoft, récemment monté à des plus hauts de cinq ans, reculait de 5% dans les transactions hors séance après ces résultats.

Le groupe américain, numéro un mondial du logiciel, a fait état d'un bénéfice par action de 59 cents au titre de son quatrième trimestre fiscal, alors que le consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S était de 75 cents.

Le chiffre d'affaires a progressé de 10% à 19,9 milliards de dollars, aidé par les ventes de la suite Office, mais sans atteindre le consensus qui était de 20,7 milliards.

Les ventes de Windows, plombées par la baisse de 11% des ventes de PC au cours du trimestre, n'ont que légèrement progressé et uniquement grâce à des rentrées différées.

Microsoft a vendu plus de 100 millions de licences du nouveau système d'exploitation Windows 8, sorti à l'automne dernier, mais le produit davantage configuré pour les tablettes que pour les PC a désorienté nombre de clients traditionnels et le groupe a promis une nouvelle version, Windows 8.1, avant la fin de l'année.

Microsoft a expliqué que la charge de 900 millions de dollars était liée à sa tablette Surface RT, utilisant l'architecture de ARM. Lancée en octobre - au même moment que Windows 8 - pour concurrencer l'iPad d'Apple, la Surface peine à trouver son public.

Microsoft a annoncé cette semaine une baisse des prix de sa tablette, ce qui l'a obligé à revoir la valeur comptable de ses stocks.

RÉORGANISATION STRATÉGIQUE

La charge massive souligne les défis auxquels doit répondre le géant des logiciels, qui a dévoilé la semaine dernière une vaste réorganisation pour devenir un leader des "appareils et des services" mais peine à sortir des produits aussi attractifs que ceux d'Apple et de Google.

"Autant que je me souvienne, Microsoft n'avait jamais manqué le consensus à ce point", dit Brendan Barnicle, analyste chez Pacific Crest Securities. "Il n'y a pas une activité pour sauver l'autre."

"Nous savons qu'il nous faut faire mieux, en particulier dans les appareils mobiles", a reconnu Amy Hood, la nouvelle directrice financière du groupe, dans une interview téléphonique. "C'est la raison principale pour laquelle nous avons réalisé cette réorganisation stratégique la semaine dernière."

Cette réorganisation, la plus importante depuis cinq ans, présentée jeudi dernier par le directeur général Steve Ballmer, crée pour la première fois une division unique chargée des appareils - signe que le groupe entend redoubler ses efforts pour enfin percer dans le matériel.

Avant les résultats, l'action avait clôturé en repli de 0,84% sur le Nasdaq, à 35,44 dollars, conservant un gain confortable de 32% depuis le début de l'année.

Avec Liana Baker à New York, Véronique Tison pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...