Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de ParisMarché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour, mardi, à la Bourse de Paris, qui a terminé en hausse une séance marquée par le thème des fusions-acquisitions même si de nombreux investisseurs font preuve d'attentisme au regard des tensions en Irak et en Ukraine et avant le communiqué que la Fed publiera mercredi soir à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire (FOMC).

L'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 0,58% à 4.536,07 points.

* Le secteur PHARMACEUTIQUE européen a avancé de 0,34%, dans le sillage, notamment, de Shire (+3,51%) qui a atteint un nouveau plus haut historique, les investisseurs s'attendant à un rachat de l'entreprise, dont Reuters a révélé qu'elle avait mandaté Citi pour étudier d'éventuelles offres.

ESSILOR a fini en hausse de 2,65% à 79,83 euros, plus forte hausse du CAC 40, et SANOFI a grimpé de 0,68% à 79,54 euros.

* Dans l'ensemble, les DÉFENSIVES ont profité de l'attentisme du marché et d'un regain d'intérêt depuis quelques jours, des stratégistes jugeant favorable à long terme que la hausse des marchés actions ne se réalise pas uniquement avec les valeurs les plus risquées.

AIR LIQUIDE a terminé en hausse de 1,19% à 98,80 euros et DANONE de 0,89% à 53,40 euros. L'indice Stoxx du secteur européen de l'agroalimentaire a gagné 0,36%.

* Les CYCLIQUES ont été recherchées alors que les tensions sur les matières premières se sont apaisées - le baril de brut léger américain restant stable à près de 107 dollars vers 18h après avoir gagné plus de 4% la semaine dernière - bien que la situation reste critique en Irak.

SOLVAY a gagné 1,43% à 120,35 euros, SCHNEIDER ELECTRIC 1,36% à 69,40 euros et CAPGEMINI 1,13% à 53,60 euros. L'indice Stoxx de la chimie européenne (+0,56%) a fini en tête des hausses sectorielles en Europe.

* Du côté de l'AUTOMOBILE, l'indice sectoriel européen a fini sur un gain de 0,52% après que l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) a annoncé une progression de 4,5% des ventes de voitures neuves en mai dans l'Union européenne.

RENAULT, qui a vu ses ventes bondir de 18,8% par rapport à mai 2013, a grimpé de 0,93% à 68,51 euros tandis que PSA n'a pris que 0,29% à 10,02 euros avec une hausse de ses ventes limitée à +4,3%.

* BNP PARIBAS (+1,22% à 52,21 euros), qui risque actuellement une amende de 10 milliards de dollars pour avoir violé des sanctions américaines, a continué de retenir l'attention du marché.

* ERAMET (+4,77% à 96,69 euros) et APERAM (+4,66% à 24,02 euros) ont signé les plus fortes hausses de l'indice SBF 120, soutenues par des notes de Société générale sur le secteur minier dans lesquelles l'intermédiaire se montre confiant dans l'avenir des prix des métaux.

ARCELORMITTAL a avancé de 1,14% à 11,045 euros.

* ALSTOM a perdu 1,24% à 28,965 euros, plus forte baisse du CAC 40. Selon l'Elysée, les offres de reprise de la branche énergie d'Alstom ou d'alliance avec le groupe français présentées par l'américain General Electric et son rival germano-nippon Siemens-Mitsubishi Heavy Industries doivent encore être améliorées.

* Le SECTEUR IMMOBILIER européen (-0,61%) a accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe, des analystes conseillant d'attendre pour investir dans ces valeurs dont la progression des rendements pourrait être limitée d'autant que certains investisseurs craignent une hausse des taux, plus tôt que prévu, en Angleterre.

MERCIALYS a lâché 1,4% à 16,535 euros, GECINA 0,71% à 105,50 euros et UNIBAIL-RODAMCO 0,48% à 208,70 euros.

* AREVA (-1,52% à 16,21 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120, la valeur ayant enfoncé un support technique autour de 16,5 euros.

* SAFRAN a progressé de 1,26% à 49,495 euros. Berenberg a entamé la couverture du titre en conseillant d'acheter avec un objectif de cours 62,5 euros, le broker considérant que Safran dispose d'un avantage structurel par rapport à ses concurrents compte tenu de son portefeuille de produits.

(Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...