Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les grandes devises peu affectées par les émergents

Marché : Les grandes devises peu affectées par les émergents

tradingsat

(CercleFinance.com) - Si la monnaie unique européenne perdait un peu de terrain contre billet vert américain au lendemain d'une décision de la Réserve fédérale américaine, la barre des 1,36 dollar était cependant préservée ce midi. Ainsi, l'euro perdait-il 0,34% à cette heure à 1,3615 dollar, mais il restait pratiquement neutre contre le yen (+ 0,01% à 139,55 yens), le sterling (+ 0,09% à 0,8258) et le franc suisse (+ 0,14% à 1,2236).

La crise des changes émergents ne semble pas devoir prendre fin. 'La livre turque n'aura profité que d'un répit des plus brefs après le relèvement de ses taux par la banque centrale d'Ankara, mardi. La Banque de réserve suf-africaine a suivi son homologue turque hier soir, mais cela n'a pas du tout profité au rand', résument ce matin les spécialistes des changes de Société Générale.

'L'aversion au risque se répand sur les marchés', ajoute SG.

Cependant, du côté des parités de changes des pays industrialisés, cette inquiétude ne point guère. 'Ce qui se passe dans les pays émergents reste (en grande partie) dans les pays émergents', selon le titre d'une note de recherche de Goldman Sachs parue hier. Les analystes soulignent que la violence des turbulences émergentes a pesé sur les indices d'actions des pays industrialisés, les opérateurs se demandant si une contagion était à craindre.

Selon la banque d'affaires américaine, la contagion joue davantage dans le sens inverse (des pays industrialisés vers les émergents). En effet, “il faudrait que la demande émergente ralentisse beaucoup pour que l'on puisse parler de risque de transmission via les canaux du commerce international et des prix des matières premières', indique la note. La transmission des risques bancaires constitue un risque plus sérieux, estime Goldman Sachs, mais il est contrebalancé par la faible exposition des banques industrialisées aux économies nouvelles.

Actualité monétaire de la veille : la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed sous la présidence de Ben Bernanke, qui dès samedi sera remplacé en tant que 'chairman' de la banque centrale américaine par Janet Yellen. Comme le consensus l'attendait à une écrasante majorité, le FOMC a décidé (à l'unanimité) de réduire de nouveau le montant des rachats d'actifs obligataires : de 85 milliards de dollars par mois jusqu'en décembre 2013, ce montant est revenu à 75 milliards en janvier 2014, et il ne sera plus que de 65 milliards dès février.

Quoique largement attendue, “cette décision de la Fed a conduit à des trades d'aversion au risque sur les marchés actions qui ont perdu du terrain et clôturé légèrement dans le rouge”, commentent les spécialistes de RTFX.

“Les marchés émergents seront les premiers à souffrir de cette décision de la Fed alors que les tentatives avortées de stabiliser leur devise en relevant les taux en Turquie et en Afrique du Sud hier illustrent parfaitement la difficulté à laquelle ces pays seront confrontés avec le changement de politique monétaire outre-Atlantique”, ajoutent les spécialistes.

Par ailleurs, l'économie européenne offre de bonnes nouvelles, à savoir une accélération de la croissance espagnole au quatrième trimestre à +0,3%, et une baisse plus forte que prévu (- 28.000) du nombre de chômeurs en Allemagne en janvier.

Du côté de l'agenda statistique américain, on attend cet après-midi les inscriptions hebdomadaires au chômage et surtout la première estimation (sur trois) de l'évolution du PIB pour le 4e trimestre 2013. Après 4,1% au 3e trimestre, le consensus actuel table sur 3,2% à cette heure.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...