Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les Bourses ont fini dans le rouge en Europe, sauf Francfort

Marché : Les Bourses ont fini dans le rouge en Europe, sauf Francfort

Marché : Les Bourses ont fini dans le rouge en Europe, sauf FrancfortMarché : Les Bourses ont fini dans le rouge en Europe, sauf Francfort

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes, à l'exception de Francfort, ont fini en baisse mardi, basculant dans le rouge à une heure et demie de la clôture après la publication d'un rapport témoignant d'un ralentissement particulièrement prononcé du secteur des services aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 a cédé 0,24% (11,12 points) à 4.529,96 points. Le Footsie britannique a perdu 0,78% mais le Dax allemand a pris 0,14%. L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,24% et le FTSEurofirst 300 0,41%.

Orientée à la hausse à l'ouverture, Wall Street a effacé une partie de ses gains avec les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM) sur le secteur des services aux Etats-Unis, dont la croissance a connu en août son plus fort ralentissement depuis la crise financière de 2008.

En Europe, Francfort a mieux résisté que les autres en raison de l'activité de Fresenius et de Bayer en matière de fusions-acquisitions.

Fresenius a gagné 6,44%, plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, au lendemain de l'annonce du rachat pour 5,76 milliards d'euros de Quironsalud, la première chaîne espagnole de cliniques privées, ce qui permet au groupe allemand de conforter sa position de leader européen des établissements de soins privés.

Bayer, de son côté, a pris 1,78%, le groupe chimique allemand semblant progresser dans ses efforts pour mettre la main sur le numéro un mondial des semences, l'américain Monsanto.

A Paris, Ingenico a plongé de 13,61%, accusant la plus forte chute de l'indice large Stoxx 600 après avoir révisé en baisse ses objectifs financiers pour 2016.

Les valeurs bancaires, avec une baisse de 1,65%, sont celles qui ont le plus pâti de l'indice ISM des services aux Etats-Unis, qui éloigne la perspective d'une hausse des taux de la part de la Réserve fédérale.

Le dollar a pour sa part accentué son repli, avec un recul de 0,8% face à l'euro, repassé nettement au-dessus de 1,12 dollar, tandis que les rendements des dettes souveraines ont baissé sur le marché obligataire, le papier allemand à 10 ans revenant à des plus bas de trois semaines à -0,11%.

Sur le marché pétrolier, le Brent de la mer du Nord efface quasiment tous ses gains de la veille en raison des doutes persistants sur la possibilité d'un accord entre pays producteurs sur un gel des niveaux de production.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...