Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Les 3% de déficit en France ne seraient pas atteints en 2015

Marché : Les 3% de déficit en France ne seraient pas atteints en 2015

Marché : Les 3% de déficit en France ne seraient pas atteints en 2015Marché : Les 3% de déficit en France ne seraient pas atteints en 2015

PARIS (Reuters) - La France devrait ramener son déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) mais pas avant 2016, soit avec un an de retard sur le calendrier convenu avec la Commission européenne, selon des économistes interrogés par Reuters.

Interrogés entre le 10 et le 14 avril, ces économistes anticipent ainsi que le déficit sera ramené à 3,3% du PIB en 2015 puis 3,0% en 2016, après 3,9% en 2014.

Ces chiffres sont supérieurs à la trajectoire des finances publiques transmise l'an passé à Bruxelles, que la France s'apprête à actualiser, qui prévoyait des déficits publics à 3,6% en 2014, 2,8% en 2015 et 1,7% en 2016.

La publication de ce sondage intervient au moment où le gouvernement français, partagé entre le souci de réduire ses déficits et la volonté de ne pas porter atteinte à une reprise économique encore modeste, vient de confirmer l'objectif de 3% pour 2015.

Il avait évoqué un temps, après la déroute de la majorité aux municipales, la possibilité d'un "changement de rythme" de la consolidation budgétaire, une hypothèse difficilement acceptable par l'Union européenne qui lui a déjà accordé un délai de deux ans pour revenir à 3%. (voir [ID:nL6N0N73RJ] et [ID:nL6N0N73FG])

"Si l’objectif est raté, ce n’est pas dramatique. Ça peut en revanche commencer à entamer sérieusement la crédibilité de la France auprès des partenaires européens et des investisseurs", estime Jean-Louis Mourier, économiste d'Aurel-BGC.

Pour l'amélioration des finances publiques, le gouvernement ne peut guère compter sur la croissance, qui devrait rester modeste.

Les économistes anticipent ainsi un PIB en hausse de 0,8% cette année, puis 1,2% en 2015 et 1,4% en 2016, là où les prévisions officielles sont pour l'instant de respectivement 0,9%, 1,7% et 2,0%.

(Brian Love, édité par Yann Le Guernigou)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...