Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Le scandale de corruption a affecté les ventes de GSK en Chine

Marché : Le scandale de corruption a affecté les ventes de GSK en Chine

Marché : Le scandale de corruption a affecté les ventes de GSK en ChineMarché : Le scandale de corruption a affecté les ventes de GSK en Chine

LONDRES (Reuters) - Les ventes de GlaxoSmithKline en Chine ont chuté de 61% au troisième trimestre, affectées par un scandale de corruption qui a porté atteinte à la capacité du groupe pharmaceutique britannique à commercialiser ses médicaments dans le pays.

Globalement, le chiffre d'affaires de GSK a été stable à 6,51 milliards de livres (7,64 milliards d'euros), générant un bénéfice récurrent par action (BPA) de 28,9 pence, en hausse de 10% par rapport à l'an dernier.

Les analystes prévoyaient en moyenne un chiffre d'affaires de 6,65 milliards de livres et un BPA récurrent, hors certains éléments comptables, de 27,2 pence, selon Thomson Reuters.

Le groupe a réaffirmé mercredi sa prévision d'une croissance d'environ 1% de son chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année en monnaies locales, avec un BPA en hausse de 3% à 4%.

La réputation de GSK a été ternie et sa direction en Chine a été déstabilisée par la police chinoise qui l'a accusée au mois de juillet d'avoir versé jusqu'à trois milliards de yuans (375 millions d'euros) à des agences de voyage pour des pots-de-vin à des médecins et des fonctionnaires.

Les analystes et représentants du secteur s'attendaient à ce que l'enquête de police - l'une des plus grandes enquêtes menées par Pékin auprès d'une société étrangère - porte sérieusement atteinte aux ventes de GSK dans le pays.

D'autres multinationales pharmaceutiques ont également fait l'objet d'enquêtes pour corruption, mais GSK a été en première ligne et de nombreux médecins chinois se sont détournés des représentants du groupe britannique.

Ses concurrents suisses Roche et Novartis ont en revanche vu leurs ventes continuer à progresser en Chine au troisième trimestre.

Alors que la Chine n'a représenté l'an dernier que 3,6% des ventes globales du groupe, GSK y voit un marché d'avenir et a investi massivement dans le pays. Avant le scandale, les ventes de GSK avaient progressé de 14% pour le trimestre à fin juin.

Ben Hirschler,; Juliette Rouillon pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...