Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le gouvernement espagnol plus optimiste pour l'économie

Marché : Le gouvernement espagnol plus optimiste pour l'économie

Marché : L'Espagne relève ses prévisions de croissanceMarché : L'Espagne relève ses prévisions de croissance

MADRID (Reuters) - Le gouvernement espagnol a relevé jeudi ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016 et dit tabler sur la création de deux millions d'emplois d'ici 2018, ce qui permettrait de ramener le taux de chômage à 15,6% en 2018 contre près de 24% aujourd'hui.

L'amélioration de la situation économique du pays est un enjeu clé pour le gouvernement dirigé par Mariano Rajoy, qui tentera d'obtenir un deuxième mandat lors des élections législatives prévues à la fin de l'année.

Madrid prévoit désormais une croissance de 2,9% cette année, contre 2% seulement auparavant, et de 2,9% également l'an prochain. Le taux de chômage, lui, devrait reculer plus rapidement que prévu jusqu'à présent, pour revenir à 22,1% à la fin de cette année, à 19,8% en 2016 et à 17,7% en 2017.

Plus de cinq millions d'Espagnols sont pour l'instant sans emploi, et deux tiers d'entre eux sont au chômage depuis plus d'un an.

"L'Espagne a tourné la page de la récession il y a deux ans mais j'ai toujours dit que nous n'étions pas encore sortis de la crise", a dit à la presse le ministre de l'Economie, Luis de Guindos.

"Mais ce que montrent ces chiffres, c'est que si les prévisions se vérifient, alors nous pourrons tourner la page de la plus longue, de la plus profonde et de la plus grave crise de l'histoire économique moderne de notre pays", a-t-il ajouté en soulignant que les nouvelles prévisions étaient prudentes.

Bien qu'ambitieux, ces objectifs sont de fait réalisables, au moins cette année et l'an prochain.

Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,9% selon la première estimation officielle publiée jeudi, grâce entre autres à la vigueur de la consommation des ménages.

En 2014, le PIB espagnol a progressé 1,4%.

Si le retour à la croissance semble donc acquis, les déséquilibres créés par deux récessions et une grave crise bancaire depuis 2008 sont loin d'être résorbés.

Le déficit public devrait ainsi encore atteindre 4,2% du PIB cette année et la dette extérieure (Etat, entreprises et ménages compris) avoisine 170% du PIB, l'un des ratios les plus élevés au monde.

Le gouvernement Rajoy prévoit que le déficit sera réduit à 2,8% l'année prochaine, 1,4% en 2017 et 0,3% en 2018.

(Julien Toyer et Sarah White, avec Paul Day, Marc Angrand pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI