Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le chômage britannique tombe à 7,1%, la BoE rassure sur ses taux

Marché : Le chômage britannique tombe à 7,1%, la BoE rassure sur ses taux

Marché : Le taux de chômage en nette baisse à 7,1% en Grande-BretagneMarché : Le taux de chômage en nette baisse à 7,1% en Grande-Bretagne

par David Milliken et William Schomberg

LONDRES (Reuters) - Le taux de chômage en Grande-Bretagne a reculé nettement à 7,1% sur la période septembre-novembre, à son plus bas niveau depuis janvier-mars 2009 et à un cheveu du seuil de 7% en dessous duquel la Banque d'Angleterre (BoE) pourrait envisager de relever ses taux.

Cette dernière a cependant rassuré les investisseurs en soulignant, dans le compte rendu de sa dernière réunion monétaire publié mercredi, qu'une hausse de taux n'était pas à l'ordre du jour.

La baisse du taux de chômage est plus forte que prévu, les économistes anticipant une décrue à 7,3% après 7,4% en août-octobre.

Sur le seul mois de décembre, a précisé l'Office national des statistiques, le nombre de personnes demandant des indemnités chômage a reculé de 24.000, à comparer à un consensus de -35.000.

La statistique a fait monter le sterling à un plus haut d'un an face à l'euro, à 81,81 pence contre 82,26 juste avant et la devise britannique a également atteint un plus haut de près de trois semaines contre le dollar.

En août 2013, la BoE avait placé l'emploi au coeur de ses priorités en s'engageant à ne pas relever son taux directeur -maintenu à un plus bas record de 0,5% depuis 2009- jusqu'à ce que le taux de chômage revienne à 7%.

Le gouverneur Mark Carney a toutefois affirmé depuis qu'une baisse du chômage à 7% n'entraînerait pas automatiquement un resserrement monétaire, et le compte rendu de la réunion monétaire des 8-9 janvier va dans le même sens.

PAS DE HAUSSE DE TAUX DANS L'IMMÉDIAT

Les membres du comité de politique monétaire prennent note de l'accélération de la reprise et estiment que le chômage redescendra à 7% "plus tôt que ce qu'ils prévoyaient auparavant", mais ils relèvent aussi que l'inflation a baissé plus fortement que prévu pour retomber en décembre sous l'objectif de 2% de la BoE, pour la première fois depuis plus de quatre ans.

"En conséquence, les membres n'ont pas constaté le besoin immédiat de relever le taux directeur ("Bank Rate"), même si le seuil de 7% pour le taux de chômage devait être atteint dans un avenir proche", lit-on dans le compte rendu.

"De plus, ils ont jugé probable que les vents de face pour la croissance (...) persistent pendant un certain temps encore alors que les pressions inflationnistes devraient rester contenues. En conséquence, lorsque le moment sera venu de relever le taux directeur, il sera approprié de ne le faire que graduellement."

La banque centrale a par ailleurs estimé que sa prévision d'une croissance de l'ordre de 1% au dernier trimestre 2013 et sur les trois premiers mois de 2014 pourrait être dépassée.

Le Fonds monétaire international a relevé mardi sa prévision pour la croissance du Royaume-Uni en 2014 à 2,4% au lieu de 1,9%, soit la plus forte révision à laquelle il ait procédé pour un pays développé. La BoE, elle, avait annoncé en novembre une prévision de croissance de 2,8% pour l'ensemble de cette année.

Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI