Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La zone euro affecte la croissance, le FMI voit un rebond en 2014

Marché : La zone euro affecte la croissance, le FMI voit un rebond en 2014

Marché : La zone euro affecte la croissance, le FMI voit un rebond en 2014Marché : La zone euro affecte la croissance, le FMI voit un rebond en 2014

par Lesley Wroughton

WASHINGTON (Reuters) - Une récession persistante en zone euro et une économie fragile au Japon pèseront sur la croissance économique mondiale cette année avant un rebond en 2014, prélude à l'expansion la plus rapide depuis 2010, a annoncé le Fonds monétaire international (FMI) mercredi.

Le FMI a revu à la baisse sa prévision de croissance mondiale à 3,5% contre 3,6% dans ses projections d'octobre, mais il dit s'attendre à une croissance de 4,1% en 2014 si l'économie de la zone euro se redresse effectivement. En 2012, la croissance mondiale a été de à 3,2%.

Le dernier taux de croissance de plus de 4% a été enregistré en 2010. Il était de 5,1%, en un moment où le plus dur de la crise financière était passé.

Les risques les plus importants qui menaçaient l'économie mondiale l'an dernier ont été écartés et un "optimisme prudent" peut se justifier, explique le chef économiste de l'institution.

"L'optimisme est dans l'air, particulièrement sur les marchés financiers, et un optimisme prudent pourrait en effet être justifié", commente Olivier Blanchard.

Comparé à l'année dernière, les risques graves ont diminué, a-t-il déclaré faisant référence au 'mur budgétaire' américain et à la crise de la dette de la zone euro.

Selon le FMI, l'activité des économies développées devrait rester faible cette année avec une croissance d'à peine 1,4%, avant de se renforcer à 2,2% en 2014. En octobre, l'institution internationale tablait sur une croissance de 1,5% pour 2013.

RALENTISSEMENT AU JAPON EN 2014

"Les décisions économiques prises ont diminué les risques graves dans la zone euro et aux États-Unis", écrit le FMI dans une version actualisée de ses Perspectives économiques mondiales.

"Cependant, les risques baissiers restent importants, constitués par de nouveaux échecs dans la zone euro et par des risques d'un assainissement budgétaire à court terme excessif aux États-Unis."

Les États-Unis risquent de se retrouver à court de solutions entre mi-février et début mars pour gérer une dette qu'ils ont eux-mêmes plafonnée à 16.400 milliards de dollars (12.300 milliards d'euros)

Le FMI prévoit que l'économie américaine croitra de 2% cette année, la croissance s'accélérant au second semestre pour atteindre 3% en 2014.

Une stagnation prolongée de la zone euro est une menace, ajoute le FMI, particulièrement si le bloc monétaire ne parvient pas à achever ses réformes budgétaire et bancaire.

L'économie japonaise devrait par ailleurs croître de 1,2% cette année, aidée par des mesures de relance budgétaires, un assouplissement de sa politique monétaire et un yen moins fort, écrit le Fonds monétaire international.

L'institution avertit cependant d'un probable ralentissement de la croissance japonaise à 0,7% en 2014.

Le FMI exhorte donc Tokyo à adopter une politique monétaire plus ambitieuse et un projet budgétaire "crédible" à moyen terme.

Dans les économies émergentes et en cours de développement, la croissance devrait atteindre 5,5% cette année, puis 5,9% en 2014, selon le FMI, qui note que des politiques de soutien à l'économie ont dopé la croissance malgré une faible demande des partenaires extérieurs qui restera problématique.

En Chine, l'économie devrait progresser de 8,2% en 2013 et de 8,5% l'année suivante, une accélération de la croissance par rapport à 2012 mais à un rythme toujours moins soutenu qu'en 2010 où l'économie avait connu une croissance à deux chiffres.

Agathe Machecourt pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...