Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La Russie a cessé de livrer du gaz à l'Ukraine

Marché : La Russie a cessé de livrer du gaz à l'Ukraine

Marché : Gazprom annonce que l'Ukraine n'a pas tenu l'échéanceMarché : Gazprom annonce que l'Ukraine n'a pas tenu l'échéance

par Maria Kiselyova et Denis Pinchuk

MOSCOU (Reuters) - La Russie, qui exigeait le remboursement avant 10h00 (06h00 GMT) ce lundi d'une partie au moins de la dette imputée à l'Ukraine, a cessé totalement de lui livrer du gaz, selon le ministre ukrainien de l'Energie, Iouri Prodan.

"Nous avons une annonce à faire aujourd'hui: les fournitures de gaz à l'Ukraine ont été réduites à zéro", a-t-il dit lors d'un point de presse.

Iouri Prodan a toutefois assuré que l'Ukraine, par laquelle transite une part importante des exportations de gaz naturel russe vers l'Union européenne, garantirait la continuité de ses livraisons destinées à ses clients ukrainiens et de l'UE.

La compagnie russe Gazprom a estimé de son côté qu'il existait des risques "non négligeables" pour le gaz destiné à l'UE qui transite par l'Ukraine.

"En ce qui concerne les risques liés au transit, ils sont réels et ne sont pas négligeables", a dit Alexeï Miller, directeur général de Gazprom, lors d'une conférence de presse lundi à Moscou, quelques heures après l'arrêt des livraisons russes à Kiev.

Gazprom avait annoncé auparavant qu'en l'absence de règlement même partiel de la dette, Kiev devrait désormais payer à l'avance ses importations de gaz, imputant ainsi aux autorités ukrainiennes la responsabilité d'éventuelles perturbations dans l'approvisionnement de l'UE.

En conflit sur le tarif du gaz, les deux parties ne sont pas parvenues à s'entendre dans le cadre des discussions menées jusque dans la nuit sous l'égide de la Commission européenne, alors que les combats entre forces gouvernementales et séparatistes pro-russes se poursuivent dans l'est de l'Ukraine.

La délégation russe a proposé de revoir ce tarif à la baisse, mais Kiev, qui accuse Moscou d'utiliser l'arme du gaz à des fins politiques, réclame un rabais plus conséquent.

"A compter de ce jour, la compagnie ukrainienne ne recevra que le gaz russe qu'elle aura payé", dit Gazprom dans un communiqué.

Alexeï Miller et le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, devaient être reçus dans la journée par le président Vladimir Poutine.

DES RÉSERVES SUFFISANTES

De son côté, le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger, qui joue les médiateurs, s'est dit décidé à organiser une nouvelle séance de discussions.

"De nouvelles invitation pour des négociations trilatérales sont prévues", a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse organisée à Vienne après l'échec des derniers pourparlers.

Gazprom exigeait le paiement avant ce lundi à 06h00 GMT de 1,95 milliard de dollars (1,44 milliard d'euros), soit près de la moitié des quatre milliards qu'elle réclame au total à l'Ukraine.

La compagnie russe dit avoir saisi L'Institut d'arbitrage de la chambre de commerce de Stockholm, chargé des conflits internationaux, pour obtenir le paiement de cette dette. Sa consoeur ukrainienne Naftogaz a fait de même pour récupérer les six milliards de dollars qu'elle estime avoir payé en trop.

Un tiers du gaz naturel consommé en Europe provient de Russie et la moitié transite par l'Ukraine, mais ses réserves, évaluées à 12 millions de mètres cubes, devraient mettre l'Union à l'abri des pénuries dans l'immédiat.

(Avec Natalia Zinets à Kiev et Michael Shield à Vienne; Henri-Pierre André, Jean-Philippe Lefief et Eric Faye pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...