Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La fin des mesures exceptionnelles est "lointaine", dit Draghi

Marché : La fin des mesures exceptionnelles est "lointaine", dit Draghi

Marché : La BCE prête à agir, assure Mario DraghiMarché : La BCE prête à agir, assure Mario Draghi

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - La sortie des mesures exceptionnelles de politique monétaire de la Banque centrale européenne reste "lointaine", a assuré mercredi le président de la BCE Mario Draghi, se disant très attentif à la volatilité des marchés financiers.

La politique monétaire de la BCE restera accommodante à l'horizon de la projection, a-t-il ajouté, tout en soulignant que la banque centrale ne pouvait créer de la croissance économique, une tâche qui relève des gouvernements.

Mario Draghi a aussi réaffirmé que la BCE était prête à agir si besoin, son programme OMT d'achats d'obligations souveraines étant prêt à être activé.

"Notre politique a été accommodante par le passé, elle l'est par le présent et elle le restera pour l'avenir envisageable", a dit Mario Draghi à Paris, devant les membres des commissions des finances, des affaires étrangères et des affaires européennes de l'Assemblée nationale.

"Notre sortie reste lointaine", a-t-il ajouté, à propos des mesures exceptionnelles prises par la BCE pour répondre à la crise en zone euro. Une position prudente après les propos du président de la Réserve fédérale des Etats-Unis qui ont affolé les marchés : Ben Bernanke a déclaré le 19 juin que la Fed pourrait commencer dès cette année à revoir à la baisse le rythme de ses rachats d'actifs (QE3) avant d'y mettre un terme vers la mi-2014. "Nous prêterons une grande attention aux conséquences potentielles de la volatilité des marchés financiers ces dernières semaines", a indiqué Mario Draghi.

Face à la crise, la BCE a été très active "et nous sommes prêts à agir de nouveau en cas de nécessité", a-t-il dit aussi.

POUVOIR LIMITÉ

Mario Draghi s'est félicité de l'effet sur les marchés financiers de l'annonce du programme d'opérations monétaires sur titres (OMT) de la BCE, qui a notamment été suivie d'une baisse des taux d'emprunt des pays de la zone euro en difficulté.

"Ce programme a effectivement bloqué la spéculation", a-t-il dit. "Il peut être activé dès qu'il en est besoin."

Cependant, face aux difficultés que continue de rencontrer la zone euro, "il est important de reconnaître que les résultats que peut obtenir la politique monétaire ne sont pas sans limites", a insisté Mario Draghi. "La politique monétaire ne peut créer de la croissance au sein de l'économie réelle."

"La BCE fait tout ce qui est en son pouvoir pour stabiliser les marchés et soutenir l'économie", a-t-il expliqué. "A présent, c'est aux gouvernements et aux parlements de tout mettre en oeuvre pour rehausser la croissance potentielle, renforcer la compétitivité et construire une UEM plus forte et plus stable."

Interrogé sur le niveau de l'euro, jugé trop élevé par de nombreux élus français, notamment par rapport au dollar, il a répondu que la fermeté de l'euro s'expliquait par le retour de la confiance dans la monnaie unique ainsi que par les effets des politiques menées dans d'autres zone économiques.

Il a souligné une nouvelle fois que le taux de change n'était pas une cible de la politique monétaire de la BCE mais qu'il était important pour la stabilité des prix et la croissance dans la zone euro.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...