Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La croissance faiblit dans la zone euro, la BCE va agir

Marché : La croissance faiblit dans la zone euro, la BCE va agir

Marché : La croissance ralentie du 1er trimestre confirmée en zone euroMarché : La croissance ralentie du 1er trimestre confirmée en zone euro

par Jonathan Cable

LONDRES (Reuters) - Les baisses de prix consenties par les entreprises de la zone euro n'ont pas empêché la croissance de s'essouffler en mai, une évolution qui accrédite l'hypothèse d'un assouplissement de la politique monétaire à la veille de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE).

Les enquêtes de Markit auprès des directeurs d'achat (PMI) publiées mercredi montrent que, si l'activité est restée soutenue en zone euro, le rythme de croissance a ralenti, malgré un recul des prix à la production pour le 26e mois d'affilée.

"Les indices PMI restent corrects avec une certaine reprise dans la zone euro", note Annalisa Piazza chez Newedge Strategy.

"Ceci dit, ce constat de reprise modérée n'empêchera pas la BCE de justifier un nouvel assouplissement monétaire cette semaine", ajoute-t-elle.

L'annonce mardi d'une baisse inattendue de l'inflation en mai à 0,5% avait déjà renforcé la probabilité de voir la banque centrale annoncer des mesures jeudi.

Plusieurs sources avaient fait savoir le mois dernier à Reuters que la BCE préparait un ensemble de mesures susceptibles d'être annoncées à l'issue de sa réunion de juin, incluant la possibilité d'une baisse de ses trois taux directeurs et celle de mesures ciblées visant à favoriser le crédit aux petites et moyennes entreprises.

CROISSANCE TROP FAIBLE POUR RELEVER LES PRIX

Le président de la BCE, Mario Draghi, a déclaré pour sa part la semaine dernière que l'institution monétaire était "particulièrement attentive" à tout risque de déflation et prête à intervenir en employant des moyens conventionnels ou ciblés, un programme d'ampleur d'achat d'actifs restant possible.

La croissance des Dix-Huit a encore une fois été tirée par l'Allemagne et les chiffres suggèrent un PIB en progression de 0,4% à 0,5% en zone euro pour le trimestre en cours, malgré une contraction en France des indices PMI après tout juste deux mois de reprise.

Pour l'ensemble de la zone euro, l'accélération de la croissance dans le secteur des services a été contrebalancée par un ralentissement dans le secteur manufacturier.

L'indice PMI composite - un bon indicateur d'activité - a reculé à 53,5 contre 53,9 en estimation "flash" et 54,0 en avril malgré la baisse des prix. Il reste toutefois au-dessus de la barre des 50 séparant contraction et expansion de l'activité.

"Le rythme de croissance n'est tout simplement pas suffisamment fort pour permettre aux entreprises d'imposer des hausses de prix. Cela pourrait bien sonner le glas des espoirs de reprise vigoureuse sans mesure de soutien", a déclaré Chris Williamson, responsable de la recherche économique chez Markit.

Les prix à la production ont encore baissé au mois d'avril, de 0,1% sur un mois et 1,2% sur un an, conformément aux prévisions des analystes.

(Juliette Rouillon pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...