Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La croissance de la Chine aurait ralenti à 7,5% au 2e trimestre

Marché : La croissance de la Chine aurait ralenti à 7,5% au 2e trimestre

Marché : La croissance de la Chine aurait ralenti à 7,5% au 2e trimestreMarché : La croissance de la Chine aurait ralenti à 7,5% au 2e trimestre

par Langi Chiang et Koh Gui Qing

PEKIN (Reuters) - La croissance chinoise a probablement décéléré encore au deuxième trimestre, mettant à l'épreuve la détermination du nouveau pouvoir à transformer en profondeur l'économie.

La statistique, publiée le 15 juillet à 02h00 GMT, devrait faire ressortir une croissance de 7,5% du produit intérieur brut (PIB) en avril-juin par rapport à la même période de 2012, selon l'estimation moyenne de 21 économistes interrogés par Reuters.

Au premier trimestre, la deuxième économie mondiale avait enregistré une croissance de 7,7%.

Les perspectives pour le reste de l'année seront encore moins favorables si le "crunch" inattendu du mois dernier sur le marché monétaire, qui a fait monter les taux d'intérêt à court terme à des niveaux jamais atteints, venait à se répercuter sur l'économie réelle.

Les nouveaux dirigeants du pays, le président Xi Jinping et le premier ministre Li Keqiang, souhaitent tourner la page de la croissance tous azimuts des trois dernières décennies pour recentrer l'économie sur la demande intérieure.

En conséquence, Pékin s'est abstenu de mener une politique de relance cette année, privilégiant une croissance plus lente mais liée à la consommation plutôt que d'encourager l'investissement financé par la dette.

OBJECTIF FRAGILE

Mais les choses pourraient changer, surtout si le marché du travail commence à montrer des signes de faiblesse susceptibles d'alimenter des tensions sociales.

"Avec la politique actuelle de réforme, la pression baissière sur l'économie va s'accentuer", estime Jianguang Shen, économiste chez Mizuho Securities Asia à Hong Kong. "Une augmentation du chômage et des créances douteuses sera inévitable."

Pékin vise une croissance de 7,5% pour l'ensemble de 2013, un objectif impressionnant par rapport aux autres grandes économies mondiales mais qui serait la plus mauvaise performance depuis 23 ans en Chine.

Et au vu du ralentissement de l'activité dans le secteur manufacturier, certains économistes se demandent si cet objectif ne va pas être manqué - ce qui n'est jamais arrivé dans l'histoire de la République populaire.

"Malgré les signes de stabilisation de l'activité, l'objectif de croissance reste fragile", juge ainsi Wang Tao, économiste en charge de la Chine chez UBS.

Publiés mercredi, les chiffres du commerce extérieur de juin témoignent du ralentissement de la croissance.

Les exportations ont reculé de 3,1%, leur plus forte baisse depuis janvier 2012, alors que les économistes les attendaient plutôt en hausse. Les importations ont également enregistré une baisse surprise, de 0,7%.

Selon une enquête Reuters, la croissance de la production manufacturière a probablement ralenti à 9,1% en juin après +9,2% en mai, tandis que l'investissement sur les six premiers mois de l'année a décéléré à 20,2% contre 20,4% en janvier-mai.

Dans le même temps, la croissance de la masse monétaire M2 continue elle aussi à ralentir.

Le Fonds monétaire international a revu en baisse mardi ses prévisions de croissance pour le pays, à 7,75% en moyenne en 2013 et 2014 - soit respectivement 0,25 et 0,50 point de pourcentage de moins que ses perspectives précédentes en avril.

Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI