Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : La BoJ indécise sur de nouveaux assouplissements

Marché : La BoJ indécise sur de nouveaux assouplissements

Marché : La BoJ indécise sur de nouveaux assouplissementsMarché : La BoJ indécise sur de nouveaux assouplissements

par Leika Kihara

TOKYO (Reuters) - Une baisse des prévisions d'inflation et une évaluation de l'impact du raffermissement du yen, de la faiblesse de la demande mondiale et de la consommation intérieure sur les anticipations de hausse des prix qui justifierait de nouvelles mesures d'assouplissement sont à l'ordre du jour de la réunion du comité de politique monétaire de la Banque du Japon cette semaine.

Les responsables monétaires japonais sont toutefois partagés sur d'éventuelles nouvelles initiatives. S'ils sont nombreux à s'inquiéter des sombres perspectives de l'économie, ils se montrent prudents devant la réduction des instruments à leur disposition après avoir opté pour des taux négatifs au mois de janvier.

Des mesures d'assouplissement supplémentaires passeraient par un accroissement des achats de fonds cotés en Bourse (ETF) mais les responsables de la BoJ ont dit que d'autres mesures n'étaient pas exclues comme une augmentation des achats d'obligations gouvernementales ou une nouvelle baisse des taux d'intérêt.

"L'économie va rester déprimée et même si le gouvernement présente un plan de soutien en mai, sa mise en oeuvre n'interviendra pas tout de suite", a dit Mari Iwashita, économiste chez SMBC Friend Securities.

"Si c'est le cas, la BoJ devrait agir très tôt plutôt que d'attendre et se retrouver en arrière de la main", a-t-elle ajouté.

Le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, a défendu les décisions de politique monétaire prises jusqu'à présent, rendant la chute des cours du pétrole responsable de la stagnation de l'inflation et assurant qu'une reprise économique régulière allait conduire à une accélération de la hausse des prix vers l'objectif de 2%.

Les anticipations d'inflation des ménages et des entreprises se sont détériorées avec les perspectives moroses de l'économie mondiale. Le séisme qui a frappé le sud du pays ce mois-ci a perturbé les chaînes de production et mis à mal la prévision de la BoJ d'une reprise de la croissance au premier trimestre.

SOMMET DU G7 EN TOILE DE FOND

Prenant en compte les effets du raffermissement du yen qui pèse sur les exportations et déprime les prix à l'importation, la banque centrale devrait abaisser ses prévisions de croissance et d'inflation pour l'exercice budgétaire en cours et le prochain, dans son évaluation trimestrielle publiée jeudi au deuxième et dernier jour de sa réunion de politique monétaire, ont dit des sources à Reuters.

La faiblesse de la dépense des ménages a poussé des entreprises de la grande consommation comme Fast Retailing, propriétaire de la chaîne d'habillement Uniqlo, à baisser leurs prix, renouant avec le biais déflationniste que la BoJ cherche précisément à éradiquer.

La BoJ pourrait assouplir à nouveau sa politique si de tels risques atteignaient des niveaux supérieurs à ceux qu'elle avait cherché à endiguer en janvier par sa décision inattendue de recourir aux taux négatifs, ont dit des responsables au fait des réflexions au sein de la banque centrale.

"Ce qui est important ce sont les différents vents contraires qui affectent les comportements de fixation des prix des entreprises", a dit l'un des responsables.

La BoJ n'en hésite pas moins à agir dès maintenant et les opinions des économistes sur l'issue de la réunion de mercredi et jeudi sont partagées.

De nouvelles mesures d'assouplissement risquent d'alimenter les critiques sur une guerre des changes menée par Tokyo à l'encontre de ses partenaires, ce que le Premier ministre Shinzo Abe souhaite éviter avant un sommet du G7 qu'il présidera le mois prochain.

Une tentative pour faire encore baisser des taux d'intérêt déjà très bas mécontentera les banques qui peinent déjà à s'adapter aux taux négatifs. Abaisser plus encore en territoire négatif le taux sur les réserves excédentaires des banques, actuellement fixé à -0,1%, ou refinancer à taux négatifs certains prêts aux entreprises, risquent dans ces conditions de s'avérer difficile, estiment certains analystes.

Assouplir maintenant pourrait aussi donner l'impression que la BoJ réagit sous la pression des marchés et que Kuroda renoue avec la politique des petits pas qu'il avait reprochée à son prédécesseur, ajoutent-ils.

"Le style de Kuroda a été de lancer des mesures de stimulation massives, puis de marquer un temps d'arrêt et d'observer. Je ne pense pas que cela ait changé", a dit un autre responsable au fait de la politique de la BoJ.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...