Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La BCE tient 'son' quantitative easing

Marché : La BCE tient 'son' quantitative easing

tradingsat

(CercleFinance.com) - Largement anticipée par les investisseurs et les analystes, l'annonce tout à l'heure par le gouverneur de la BCE Mario Draghi d'un programme d'achat d'actifs renforcé n'en est pas moins plutôt appréciée des marchés. A titre d'exemples, le CAC 40 (bien qu'un peu hésitant au départ) engrange désormais 1%, tandis que le Footsie MIB et l'Ibex 35 prennent tous deux 1,3%.

Comme un symbole, l'exception provient de la Bourse de Francfort, qui cède environ 0,2%. N'oublions pas en effet les réticences de l'Allemagne à ce que la BCE marche sur les traces de la Fed pour tenter de stimuler la croissance de la zone euro...

Mario Draghi a annoncé en début d'après-midi un programme d'achat d'actifs ('quantitative easing', 'QE') renforcé de 60 milliards d'euros par mois d'obligations combinées, programme qui aura cours jusqu'en septembre 2016.

Le gouverneur a aussi rappelé son antienne favorite : la nécessité pour les pays de l'eurozone de mener des réformes structurelles profondes indispensables à la croissance, considérant que l'institution dont il a la charge - et la politique monétaire qu'elle conduit - ne peut seule relancer la machine. La vitesse à laquelle les Etats mèneront ces réformes est 'déterminante', a-t-il insisté.

S'agissant du programme précité, les achats seront réalisés par les banques centrales nationales et coordonnés par la BCE, qui a également décidé de laisser en l'état ses taux directeurs, à savoir le taux d'intérêt des opérations de refinancement à 0,05%, celui de la facilité de prêt marginal à 0,3% et celui de la facilité de dépôt à -0,2%.

Le 'QE' sera par ailleurs maintenu jusqu'à ce que soit constaté 'un ajustement durable de la trajectoire d'inflation conforme à (l'objectif de la BCE) d'atteindre des taux d'inflation inférieurs, mais proches de 2% à moyen terme.'

L'inflation est, on le sait, une préoccupation majeure de l'institution. Alors que l'indice des prix a reculé de 0,2% le mois dernier, 'des taux d'inflation aussi bas sont inévitables à court terme compte tenu de la baisse très forte et récente des prix pétroliers et en prenant pour hypothèse qu'aucune correction d'ampleur n'aura lieu dans les quelques mois à venir', estime Mario Draghi.

Une prévision et un contexte certainement pas étrangers au déploiement de l'artillerie lourde...


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI