Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'Ukraine éclipse les données économiques

Marché : L'Ukraine éclipse les données économiques

tradingsat

(CercleFinance.com) - La crise ukrainienne continue de peser lourdement sur le moral des investisseurs en Europe, éclipsant complètement une vague de données économiques satisfaisantes parues des deux côtés de l'Atlantique.

Francfort plonge de 3%, Milan de 2,5%, Amsterdam de 2,4%, Paris de 2,3%, Madrid de 2,2%, Zurich et Lisbonne de 2,1%, Bruxelles de 1,8% et Londres de 1,5%. A New York, le Dow Jones et le Nasdaq dévissent de plus de 1% chacun.

'L'Ukraine constitue un risque politique majeur pour les marchés financiers avec le décrochage rapide des principaux actifs, à part les valeurs refuges (yen, franc suisse, or notamment)', souligne Christopher Dembik, analyste financier chez Saxo Banque.

'Les deux principales menaces à court terme sont une ruée bancaire dans le pays et surtout une intervention plus massive de la Russie qui aurait pour effet de déstabiliser complètement les marchés', poursuit le professionnel.

Ce contexte géopolitique tendu fait largement passer au second plan l'indice PMI final Markit pour l'industrie manufacturière de l'Eurozone. A 53,2 en février, il se redresse par rapport à sa dernière estimation flash de 53, mais recule par rapport au 54 en janvier.

'Sous réserve que le ralentissement observé en février ne se poursuive pas en mars, le PIB de la zone euro pourrait ainsi enregistrer une hausse de 0,4 à 0,5% au cours des trois premier mois de l'année', estime Chris Williamson, chief economist à Markit.

Les Bourses ne profitent pas non plus d'une salve de données économiques meilleures que prévu aux Etats-Unis, comme une augmentation des dépenses (+0,4%) et des revenus (+0,3%) des ménages, ainsi que des dépenses de construction (+0,1%) en janvier.

Le secteur manufacturier américain a aussi donné des signaux encourageants pour le mois de février, avec un indice PMI de Markit révisé en hausse à 57,1 et un indice ISM en progression à 53,2. Pour mémoire, les 50 marquent la frontière entre contraction et expansion du secteur.

De nombreux autres rendez-vous économiques sont attendus dans la semaine, en particulier les réunions de la BCE et de la Banque d'Angleterre jeudi, puis le rapport mensuel sur l'emploi américain, le lendemain.

Les valeurs financières figurent parmi les plus lourdement affectées par le regain de tensions géopolitiques, à l'image de Commerzbank (-5,4% à 12,4 euros à Francfort), Société Générale (-5% à 45,9 euros à Paris) ou KBC (-3,9% à 44,2 euros à Bruxelles).

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...