Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'Iata moins optimiste pour le trafic aérien mondial

Marché : L'Iata moins optimiste pour le trafic aérien mondial

Marché : L'IATA réduit sa prévision de croissance du trafic aérienMarché : L'IATA réduit sa prévision de croissance du trafic aérien

FRANCFORT (Reuters) - Le ralentissement de la croissance en Chine, le marché le plus dynamique du transport aérien, va peser sur la demande mondiale dans le secteur, a estimé jeudi l'Association internationale du transport aérien (Iata) pour justifier la révision à la baisse de sa prévision d'évolution du trafic de passagers.

Elle prévoit désormais sept milliards de passagers transportés en 2034, soit le double du chiffre attendu pour cette année, ce qui correspond à une croissance annuelle moyenne de 3,5%.

Elle tablait jusqu'à présent sur une croissance de 4,1% par an en moyenne, ce qui aurait porté le nombre de passagers transportés à 7,4 milliards en 2034.

"Les événements économiques et politiques de l'année écoulée ont eu un impact sur certains des éléments fondamentaux de la croissance", a déclaré Tony Tyler, le président de l'Iata, dans un communiqué.

L'Iata, qui regroupe environ 260 compagnies aériennes assurant 83% du trafic aérien mondial, cite dans son communiqué le ralentissement de la croissance en Chine comme la principale explication à la révision de ses prévisions, même si la République populaire continue d'afficher la croissance la plus élevée en termes de passagers.

L'organisme prévoit que la Chine devrait ravir d'ici 2029 aux Etats-Unis le titre de premier marché mondial du transport aérien. En 2034, la Chine représenterait environ 1,19 milliard de passagers transportés, contre 1,16 milliard pour les Etats-Unis, précise-t-elle.

L'Iata note aussi que les marchés brésilien et russe font face actuellement à des difficultés, en partie à cause de la chute des cours des matières premières et du pétrole.

L'association doit présenter le 10 décembre de nouvelles prévisions de résultats financiers pour le secteur en 2015 et 2016. Elle prévoit pour l'instant un bénéfice global de 29,3 milliards de dollars (27,6 milliards d'euros) pour cette année, près du double de celui de l'an dernier.

(Maria Sheahan et Victoria Bryan, Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...