Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'euro sans tendance à deux jours de la BCE

Marché : L'euro sans tendance à deux jours de la BCE

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les mouvements des grandes paires de devises étaient relativement peu marqués mardi après-midi à deux jours de réunions très attendues en Europe, notamment de la part de la BCE et de la Banque d'Angleterre. Ce midi, l'euro grappillait 0,07% à 1,3035 dollar, après + 0,05% la veille.

L'euro se tasse cependant de 0,24% contre le yen nippon, ainsi d'ailleurs que contre le sterling britannique (- 0,24% à 0,8598), mais il prend en revanche 0,20% contre le franc suisse à 1,2278 franc l'euro.

Rien ne semble devoir perturber la parité euro/dollar, pas plus la perspective d'un d'aide pour Chypre, autre Etat de l'Union européenne en grande difficulté financière dans le sillage de la Grèce, l'actuelle réunion de l'Eurogroupe ou celle de la BCE, jeudi.

Hier, l'Eurogroupe a discuté notamment des programmes de sauvetage du Portugal et de l'Irlande, et de leur éventuelle 'amélioration'. 'On estime globalement que ces discussions pourraient porter sur un assouplissement des conditions', ce qui le cas échéant soutiendrait l'euro, rapporte un cambiste. Il a aussi été question d'un plan d'aide à Chypre qui pourrait être présenté d'ici quelques mois.

Par ailleurs, “l'Italie sera l'un des principaux sujets à l'ordre du jour de la réunion de l'Ecofin (ou Eurogroupe, réunion mensuelle des ministres des Finances de la zone euro, ndlr) aujourd'hui, (...), les difficultés pour former un gouvernement après les élections législatives dans le pays ravivant les craintes à l'égard de la crise de la dette de la zone euro”, indique aussi Barclays Bourse.

Reste que les échanges s'annoncent limités avant, jeudi, l'issue des comités de politique monétaire de la BCE et de la Banque d'Angleterre.

Aux Etats-Unis, hier, la vice-présidente de la Fed, Janet Yellen, a semblé emboîter le pas à Ben Bernanke, la semaine dernière. Lors d'un discours prononcé devant la National Association for Business Economics Policy, à Washington, elle 'a réaffirmé la volonté de conserver une politique monétaire ultra-accomodante à horizon visible', selon le résumé qu'Aurel BGC fait de ses propos ce matin. Elle a notamment déclaré que les QE n'avaient pas vocation à s'arrêter rapidement, comme les dernières 'minutes' de la Fed le laissaient entendre. La taille du programme de rachats d'actifs n'aurait cependant pas de raison d'être augmentée.

Du côté de l'agenda statistique de la matinée, on soulignera l'indice PMI Markit de l'activité dans la zone euro, qui s'est replié de 48,6 en janvier à 47,9 en février. Il ressort cependant au-dessus de son estimation flash (47,3), ce qui signale donc une dégradation de l'activité du secteur privé moins forte que prévu.

'Le PIB de la zone euro semble s'orienter, au premier trimestre 2013, vers une baisse trimestrielle bien plus modérée que celle de 0,6% enregistrée au dernier trimestre 2012', commente Chris Williamson, économiste principal à Markit.

L'économiste estime toutefois que les perspectives de croissance paraissent reposer en grande partie sur la capacité de l'Allemagne à maintenir sa dynamique d'expansion, contrebalançant ainsi les faibles performances de la France, de l'Italie et de l'Espagne.

Cet après-midi, on guettera l'indice ISM des services pour le mois de février, attendu en léger retrait vers 55 points.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...