Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'euro évolue toujours autour de 1,31 dollar

Marché : L'euro évolue toujours autour de 1,31 dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - Sur le marché des changes ce mercredi midi, la monnaie unique européenne continue comme la veille d'osciller autour des 1,31 dollar. Après le discours de Ben Bernanke hier, le marché attend maintenant d'en savoir plus sur la situation politique italienne, et sur la situation budgétaire américaine. Vers 13 heures, l'euro grappille ainsi 0,28% à 1,3102 dollar, son point bas de séance (1,3041) étant légèrement plus élevé que celui de la veille (1,3018).

Rien de positif du côté de l'Europe et notamment de la situation politique italienne. En revanche, l'activité a brutalement chuté dans le commerce de détail au sein de la zone euro d'une année sur l'autre en février, d'après les résultats de la dernière enquête PMI réalisée par Markit. L'indice des directeurs d'achats (PMI) a reculé à 44,5 après avoir atteint 45,9 au mois de janvier. Pour mémoire, le seuil des 50 marque la distinction entre croissance et contraction de l'activité.

Les opérateurs sont cependant focalisés sur autre chose : hier, Ben Bernanke a présenté devant la Chambre des représentants américains son rapport semestriel sur la politique monétaire. Comme le rappellent les analystes d'Aurel BGC, cet évènement avait historiquement une grande importance, mais depuis lors, la communication de la Fed s'est intensifiée (notamment en matière de prévisions économiques et de publication des fameuses 'minutes') et il a perdu de son aura. Les spécialistes rappellent aussi que ce discours est censé refléter l'opinion consensuelle du FOMC, le comité de politique monétaire américain, et non celle de son président.

'Un des points importants qui ressort de l'allocution du président de la Réserve fédérale américaine est que la Fed préférera prendre de nouvelles mesures de stimulus plutôt que de rester les bras croisés', souligne-t-on chez RTFX. Mais tout le monde n'est pas d'accord sur ce sujet.

Un cambiste nord-européen estime, lui, que ce discours n'a pas changé grand' chose aux perspectives de la politique de la Fed. En tenant des positions 'pro-QE', Ben Bernanke a passé sous silence les opinions divergentes vis-à-vis du 'QE 3' dont attestent les dernières “minutes”, estime-t-il, certains membres du FOMC ayant même demandé son arrêt avant la fin de l'année, selon ces compte-rendus.

'Toutefois, il n'a pas fait l'impasse sur les risques présentés par le QE 3, raison pour laquelle nombre d'analystes estiment que la voilure de ce programme de rachat d'actifs sera très prochainement réduite. Certains estiment que cela se produira en mars', même si le cambiste en question n'attend rien de la sorte avant la fin de l'année.

Certes, les spécialistes de Société Générale constatent que le patron de la Fed a de nouveau délivré un message augurant d'une politique monétaire toujours accommodante. L'opérateur parle même des 'commentaires habituels', signe que rien n'a vraiment changé de ce côté - si ce n'est que les dissensions au sein du FOMC à ce sujet ne pouvaient a priori pas apparaître dans de telles circonstances - le président ne parlant pas en son propre nom.

Mais 'l'Europe est frappée par la récession et en plein désarroi politique et les investisseurs sont inquiets. Aux États-Unis, la reprise économique se poursuit, mais à un rythme anémique. Régulièrement, la Fed doit donc apaiser les craintes du marché', estime, un brin amer, l'analyste qui demeure préoccupé.

Enfin, Barclays Bourse souligne que les Etats-Unis font aussi face à d'autres difficultés: “Ben Bernanke a aussi insisté sur la nécessité que le Congrès remplace les coupes budgétaires automatiques prévues vendredi, si absence d'accord entre républicains et démocrates, par des ajustements plus graduels à court terme.” Une incertitude de taille qui milite pour un certain attentisme.

Face au yen, l'euro demeure neutre (+ 0,02%) à 120;09 yens, tout comme contre le franc suisse (+ 0,09% à 1,2189 franc l'euro)..

La devise européenne gagne cependant 0,25% face au sterling à 0,8658. On a appris ce matin que le PIB du Royaume Uni s'était contracté de 0,3% au quatrième trimestre 2012 par rapport au troisième, selon l'office national de statistiques, qui confirme donc en seconde lecture son estimation préliminaire. Pour rappel, l'économie britannique avait progressé de 1% au troisième et avait alors interrompu une série de trois trimestres consécutifs de baisse.

Toujours du côté des statistiques, les cambistes prendront cet après-midi connaissance, depuis les Etats-Unis, des commandes de biens durables qui devraient avoir chuté de 4% au mois de janvier, du fait de la faiblesse des commandes de Boeing.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...