Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'euro/dollar recule toujours, le FOMC pèse

Marché : L'euro/dollar recule toujours, le FOMC pèse

tradingsat

(CercleFinance.com) - Alors que Ben Bernanke a fait part hier de positions nettement plus fermes que prévu à l'issue du FOMC, la monnaie unique européenne perdait de nouveau du terrain contre le billet vert ce midi. Après un recul de 0,78% hier, l'euro perd encore 0,75% ce matin à 1,3194 dollar. Rappelons que la veille, un point haut depuis février à 1,3418 avait été atteint.

La Réserve fédérale américaine a parlé : hier soir, à l'issue d'un comité de politique monétaire (le FOMC) de deux jours, le président Ben Bernanke a adopté une position plus “faucon” que “colombe”.

Comme le résument les analystes d'Aurel BGC, hier soir à l'issue du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américan, “M. Bernanke a confirmé une prochaine réduction des achats d'obligations de la Fed. Même si les débats restent vifs au sein du FOMC, la banque centrale a confirmé le changement d'orientation de sa politique monétaire”, ajoutent-ils.

Ben Bernanke a ainsi déclaré lors de la conférence de presse : “nous ralentirons ou abaisserons probablement le rythme de nos rachats d'actifs d'ici la fin de l'année”, en étant plutôt précis dans ses déclarations, ce qui est surprenant pour un banquier central, avant d'ajouter que l'arrêt total des QE pourrait alors intervenir aux environs de mi-2014.

Les conditions restent les mêmes : que l'orientation de la conjoncture économique aille toujours dans le sens d'une expansion.

En confirmant ses propos du 22 mai dernier, et en les assortissant d'un calendrier, le patron de la Fed valide les anticipations du marché selon lesquelles l'enveloppe de rachats d'actifs obligataires, actuellement de 85 milliards de dollars par mois, va prochainement être réduite. Le consensus table sur de 60 à 65 milliards par mois à compter de la rentrée.

La banque centrale US se montre donc confiante dans les perspectives macroéconomiques des Etats-Unis. D'ailleurs, si sa fourchette des prévisions de croissance estimative 2013 (et celles d'inflation) a été écrêtée hier, celle pour 2014 a été relevée.

Bref, la “colombe” Bernanke pourrait bien s'être transformée en “faucon” en adoptant une position plus dure : selon les cambistes de Soiété Générale, ces propos signalent que la politique monétaire 'ultra-accomodante' engagée fin 2008 va bientôt prendre fin. La banque rouge et noir s'attend à ce que les taux des emprunts d'Etat américains à 10 ans, qui en un mois sont passés de 2 à 2,43% ce matin, atteignent 2,75% fin 2013, puis 3,20% mi-2014. 'Des rendements plus élevés vont soutenir les achats de dollars', pronostiquent-ils.

Le Dollar Index (DXY), qui mesure la valeur du billet vert contre un panier de devises concurrentes, remonte d'ailleurs ce midi vers 82 points alors qu'il se traitait autour de 80,5 points les jours précédents.

Dans ce contexte, la Fed éclipse les nouvelles plus réjouissantes en provenance de la zone euro, où l'indice PMI flash composite de Markit se redresse à 48,9 en juin, signalant la plus faible contraction de l'activité globale depuis mars 2012.

'Si cette tendance se poursuit, l'économie de la région pourrait se stabiliser au cours du troisième trimestre, et la zone euro pourrait renouer avec la croissance au quatrième trimestre' juge Chris Williamson, chief economist à Markit.

Cet après-midi aux Etats-Unis, sont prévus au calendrier les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage, puis les ventes de logements anciens, l'indice de la Fed de Philadelphie et les indicateurs avancés du Conference Board.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI