Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'euro attend sans crainte l'emploi américain

Marché : L'euro attend sans crainte l'emploi américain

tradingsat

(CercleFinance.com) - Une fois encore sur le marché des changes, la monnaie unique européenne n'en finissait de battre ses récents records face au billet vert US, avant le très attendu rapport sur l'emploi américain de janvier. Vers 13 heures, l'euro gagne ainsi 0,45% à 1,3649 dollar, un point haut à 1,3675 ayant été atteint en matinée.

En cause : un indicateur plus favorable que prévu sur le Vieux continent, et des anticipations relativement modérées quant à la statistique US majeure de l'après-midi. On a appris ce matin que la contraction s'était affaiblie dans le secteur manufacturier de l'Eurozone en ce début d'année 2013, d'après Markit, dont l'indice PMI s'est redressé de 46,1 en décembre à 47,9 en janvier, un plus haut de 11 mois.

'A moins qu'une dégradation de la crise de la dette dans la région ne vienne menacer cette évolution, l'enquête permet ainsi d'espérer une reprise de la croissance au cours de l'été 2013', juge Chris Williamson, économiste principal à Markit.

Les divergences restent toutefois importantes entre les différents pays de l'Eurozone, notamment entre les deux principales économies : le regain de la production en Allemagne contraste en effet avec le renforcement de la contraction en France.

Du côté américain, la situation budgétaire incertaine reste de mise. De pus, le point d'orgue statistique de la journée et de la semaine est encore à venir : cet après-midi, le marché prendra connaissance du rapport officiel sur l'emploi de janvier, au sujet duquel les économistes anticipent en moyenne 160.000 créations d'emplois et un taux de chômage inchangé à 7,8%.

'Les chiffres de l'emploi seront déterminants pour l'orientation des marchés en ce début de mois', estime Aurel BGC. 'Les marchés actions pourraient rester 'dopés' à la liquidité de Fed à condition que le marché du travail ne se redresse pas trop rapidement...'

Natixis rappelle que “les indicateurs avancés de l'emploi ont émis des signaux contrastés en janvier” : les analystes du bureau d'études attendent donc de leur côté un chiffre de 150.000 en janvier, après 155.000 créations en décembre.

Un peu plus tard dans l'après-midi, seront dévoilés l'indice de confiance du consommateur de l'Université du Michigan, les dépenses de construction de décembre et surtout l'indice ISM manufacturier, attendu en légère baisse mais au-dessus de 50.

“'Moins d'appétit pour le risque, et l'euro monte'' : tel semble devenu le mot d'ordre sur le marché des changes, ce qui tranche avec la situation prévalant voilà encore quelques semaines. En raison de sa masse et de sa liquidité, le dollar US était jusqu'à peu traditionnellement préféré par les cambistes en cas de montée de l'aversion au risque.

Selon un opérateur de changes, 'depuis deux jours, l'euro/dollar suit sa propre voie sans se soucier des autres classes d'actifs. Ce qui accroît d'autant le risque de correction', pronostique-t-il.

Du côté des autres statistiques majeures, celles de Chine sont pour le moins difficiles à interpréter. Comme le résume Aurel BGC, 'l'indice PMI manufacturier 'officiel' chinois déçoit légèrement. Il reste certes au-dessus du seuil de 50, mais il est baisse, à 50,4 contre 50,6 en décembre, alors que le consensus l'attendait en hausse de 0,3 point.'

Mais il existe un autre indice PMI pour la Chine, calculé par HSBC, et qui cette fois pointe dans un autre sens : 'l'indice HSBC, diffusé par Markit, progresse en revanche plus qu'attendu. A 52,3 (contre 51,9 pour l'estimation préliminaire), il retrouve un plus haut de deux ans.'

Chez Société Générale, on rappelle que la survenance de la semaine du Nouvel An chinois, qui tombe tantôt en janvier, tantôt en février, perturbe la lecture de ce chiffre et réduit aussi sa portée. L'année du serpent d'eau débutera, en Chine, le 10 février prochain, après que celle du dragon d'eau ait début fin janvier 2012.

Face au yen enfin, l'euro n'en finit pas de marquer des records et s'envole encore de 1,36% à 125,72 yens ce matin, ce qui porte son appréciation relative à plus de 31% en six mois ! “Le yen a chuté à un nouveau plus bas de deux ans et demi en raison des spéculations concernant la nomination par le premier ministre, Shinzo Abe, d'un nouveau gouverneur de la Banque du Japon qui devrait stimuler la politique monétaire afin de créer de l'inflation”, rapportent les analystes de RTFX.

Si la devise européenne prend 0,61% contre la livre sterling, il cède en revanche 0,15% contre le franc suisse à 1,2345 franc l'euro.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI