Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Dow Jones termine à l'équilibre après statistiques

Marché : Dow Jones termine à l'équilibre après statistiques

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les mauvais chiffres, c'est aux Etats Unis, les corrections boursières, c'est en Europe.

Ce paradoxe c'est encore vérifié aujourd'hui avec des places européennes qui s'inscrivaient en recul de -1,55% en moyenne tandis que Wall Street -au travers du Dow Jones- termine à l'équilibre, histoire de confirmer la règle qui veut que Wall Street clôture tous les vendredi depuis le 4 janvier au plus haut du jour, de la semaine, du mois et de l'année.
Pour le Dow Jones, c'est le 'carton plein' avec 4 séances de hausse consécutive suivie d'une 5ème... de stabilité.

En dépit d'un 'newsflow' conjoncturel défavorable de A à Z ce vendredi, le 'S&P' et le Nasdaq ne s'effritent que de -0,28% et -0,16%respectivement.

Le Russel-2000 recule de -0,44% et le 'Dow Transport' de -0,34%, mais ces 2 indices ne font pas la 'une' des médias généralistes ou financiers, leur repli importe peu.

C'est donc le Dow Jones qu'il convenait de soutenir par tous les moyens contre vents et marées... et c'est que les 'sherpas' de Wall Street ont réalisé avec zèle et détermination.

Ce qui aurait été qualifié en d'autres temps de manipulation indicielle grotesque qui ne trompe personne est qualifié aujourd'hui de 'preuve de résilience' de Wall Street.

De la 'résilience', il en fallait en effet pour digérer deux très mauvais chiffres (ventes de détail puis indice U-Mich) qui sont parus aux USA à 90 minutes d'intervalle.

Mais vu de Wall Street, ces chiffres déprimants induisent un 'open bar' de la FED sur les liquidités au-delà du milieu de l'été... soit toujours plus de carburant (85Mds$ par mois) pour faire monter artificiellement Wall Street, à contre courant des fondamentaux.

Le 'bol de punch' de la FED ne semble pourtant pas avoir beaucoup d' effets positifs sur l'économie réelle, comme le prouve la baisse suprise de -0,4% des ventes au détail au mois de mars ou le tassement de l'activité du secteur immobilier (en dépit des discours triomphalistes concernant le marché hypothécaire depuis le début de l'année).

Selon le Département du Commerce, les ventes de détail ont reculé de -0,4% alors qu'elles avaient enregistré une progression de 1% en février (révisé de +1,1%): les économistes anticipaient une petite hausse de l'ordre de 0,1% en mars.

En rythme annuel, c'est-à-dire par rapport à mars 2012, les ventes ressortent en augmentation de 2,8%, loin des +3,2% espérés.

Plus surprenant encore, l'indice de confiance des ménages de l'Université du Michigan se solde par une déception assez spectaculaire -et totalement inattendue- puisque le baromètre mensuel chute de 78,6 fin mars vers 72,3 (en préliminaire pour le mois d'avril) au lieu d'une hausse de +0,7 attendue à 79,3.
C'est le monde à l'envers: Wall Street pulvérise records sur records et les ménages US n'affichent pas un moral d'acier !

Mais alors, ou se cache 'l'effet richesse' induit par les niveaux records des indices US, sensé redonner l'envie de consommer et de croire en un avenir radieux ?

Cette journée restera également marqué par la brutale chute de l'Or de -5% sous les 1.500$/Oz jusque sur 1.486$, avec une clôture au plus bas du jour (suite à une chute finale de -1% au cours des 5 dernières minutes).

Ce fut une fin de journée cauchemardesque pour les détenteurs de contrats à terme sur l'or, mais également sur l'argent métal qui s'effondre de -6,6% à 25,9$.
Cette chute historique de l'or survient 72H après l'édition d'une note négative de Goldman Sachs qui abaisse ses objectifs de cours sur 2013 et 2014.

Difficile de mettre un nom sur le catalyseur de ce mini-krach: la peur de voir Chypre vendre son stock de métal précieux ?

Est-ce le constat d'une chute de -0,7% des prix à la production en mars aux Etats Unis (pas d'inflation en vue, donc pas de raison de s'en protéger) ?

L'onde de choc ébranle l'ensemble du secteur des matières premières et le pétrole décrochait également de -2,8% vers 91$, le cuivre chutait de -3%, le platine et le palladium de -3% également.

Sur le front des résultats, ceux de JPMorgan Chase (-0,6%) étaient très attendus: la banque revendique un bénéfice net record (grâce à l'allègement des provisions pour créances douteuses qui génère des profits artificiels) malgré un tassement de son PNB sur les trois premiers mois de l'année (le volumes des crédits immobiliers est en repli)... mais JP-Morgan promet de se montrer généreux avec ses actionnaires.
Wells Fargo (-0,8%) bat aussi le consensus mais enregistre également une baisse de l'activité 'prêts immobiliers'.

Parmi les valeurs les plus activement traitées ce vendredi, il y avait la plupart des parapétrolières, en repli de -3% en moyenne.
Morgan Stanley chutait également de -3%, Bank of America de -0,8%.
A noter également le repli de Facebook (-2,2%),

A la hausse, Netapp afichait un gain de +6%, ensuite, il n'y en avait que pour les 'biotechs' avec Biogen +3,4%, Amgen +3,1%, Vertex +1,6%... et Baidu s'adjugeait +2,1%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...