Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Doutes sur la fiabilité de la statistique du PIB argentin

Marché : Doutes sur la fiabilité de la statistique du PIB argentin

Marché : Doutes sur la fiabilité de la statistique du PIB argentinMarché : Doutes sur la fiabilité de la statistique du PIB argentin

BUENOS AIRES (Reuters) - L'Argentine a annoncé que son économie était sortie de la récession au deuxième trimestre, soulevant quelques doutes sur la fiabilité d'un pays aux prises avec les répercussions d'un défaut sur sa dette.

L'institut de la statistique Indec a fait état mercredi d'une hausse de 0,9% du PIB au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, alors que les économistes avaient prévu dans l'ensemble une troisième contraction consécutive.

La contraction du premier trimestre a été révisée à -0,5% contre -0,8% en première estimation.

La troisième économie d'Amérique latine est tombée en récession au début de l'année en raison d'une contraction de la production industrielle et de la consommation privée après une décennie de croissance le plus souvent très soutenue. Le défaut survenu en juillet n'a fait qu'accroître l'incertitude.

Le gouvernement argentin saluera sans doute cet indicateur car l'Etat intervient de plus en plus dans l'économie depuis juillet dans le but de stimuler la demande intérieure et de défendre des réserves de change bien entamées.

Mais un contrôle renforcé des échanges commerciaux et du marché des changes grève la confiance du consommateur et des entreprises et les économistes prédisent pour l'Argentine une première année de récession depuis plus de dix ans.

"Je pense qu'en termes réels, le troisième trimestre sera bien pire", dit Fausto Spotorno, économiste d'Orlando Ferreres and Associates, qui prévoyait une contraction de 0,8% au deuxième trimestre. "Je n'ai plus confiance dans les chiffres", a-t-il ajouté.

L'Indec a également annoncé une baisse de 7,4% des exportations au deuxième trimestre, en raison de l'accès de faiblesse du Brésil, premier partenaire commercial de l'Argentine.

La consommation privée a diminué de 2,5%, dans un contexte d'inflation proche de 40%, selon des estimations privées.

Federico Thomsen, un économiste basé à Buenos Aires, prévoit une contraction de 2,5% de l'économie argentine cette année, tandis que Fausto Spotorno anticipe 2%. Le gouvernement anticipe lui une croissance de 0,5%.

(Richard Lough, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...