Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Dia va vendre sa filiale française à Carrefour

Marché : Dia va vendre sa filiale française à Carrefour

Marché : Dia va vendre sa filiale française à CarrefourMarché : Dia va vendre sa filiale française à Carrefour

MADRID/PARIS (Reuters) - Carrefour et Dia ont annoncé vendredi soir avoir conclu un accord en vue du rachat par le distributeur français de Dia France, pour une valeur d'entreprise de 600 millions d'euros.

En reprenant un réseau de plus de 800 magasins, le premier distributeur français, numéro un du secteur en Europe, entend renforcer ses positions dans les petites et moyennes surfaces dans l'Hexagone, ce qui allègerait le poids de ses hypermarchés français, moins rentables que les formats plus petits et qui comptent pour près d'un quart de son chiffre d'affaires.

Son PDG Georges Plassat, qui s'était fixé comme priorité, cette année, la relance de l'expansion du groupe, avait annoncé en mars dernier une augmentation de 44% de ses dépenses d'investissements, portées à 2,2 milliards d'euros en 2014.

Dia France, filiale du numéro trois mondial du hard discount derrière les allemands Aldi et Lidl, a accusé une perte de 17,9 millions d'euros en 2013 pour un chiffre d'affaires de 2,3 milliards, dans un secteur du discount qui souffre en France de la très rude concurrence que se livrent les hypermarchés sur les prix.

"Cette opération contribuerait à la croissance du réseau multiformat de Carrefour sur son marché domestique. Elle permettrait de répondre au mieux aux besoins de ses clients en offrant des services adaptés à l'évolution de leurs modes de consommation", indique Carrefour dans un communiqué, sans plus de précision.

Carrefour qui s'était séparé de Dia à l'été 2011 sous la pression de ses investisseurs, opérant une scission et une mise en Bourse du distributeur à Madrid, pourra accroître sa présence dans la proximité (Carrefour City ou Carrefour Contact) et les supermarchés (Carrefour Market).

La forte présence de Dia France dans la région parisienne et dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) apporte aussi une importante complémentarité géographique au réseau de Carrefour.

Casino, propriétaire des supérettes Franprix et Leader Price, était lui aussi intéressé par une reprise des actifs de Dia en France.

Aucune précision n'a été donnée sur les modalités de l'opération, concernant les emplois comme concernant d'éventuelles cessions de magasins que Carrefour pourrait devoir opérer à la demande des autorités de la concurrence.

Le ministère de l'Economie a suivi le dossier de près et s'est dit particulièrement attentif à l'avenir des 7.500 salariés du distributeur espagnol en France. Les syndicats de Dia France redoutent quant à eux une fermeture des magasins les moins rentables du réseau, ce qui menacerait environ 1.500 emplois.

L'opération sera soumise aux instances du personnel ainsi qu'à l'Autorité de la concurrence.

Dans une interview à Reuters, le président de Système U, Serge Papin, s'est dit intéressé par la reprise d'une trentaine de magasins Dia, si son repreneur était amené à en céder.

(Pascale Denis et Julien Toyer, édité par Juliette Rouillon)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI