Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Déficit commercial record au Japon en 2013/2014

Marché : Déficit commercial record au Japon en 2013/2014

Marché : Déficit commercial record au Japon en 2013/2014Marché : Déficit commercial record au Japon en 2013/2014

par Tetsushi Kajimoto

TOKYO (Reuters) - Le Japon a enregistré un déficit commercial record sur l'exercice clos en mars, avec une croissance des exportations à son plus bas niveau depuis un an, selon des chiffres publiés lundi qui relancent le débat sur d'éventuelles nouvelles mesures de la Banque du Japon pour soutenir l'activité.

Après une progression de 9,8% en février, les exportations de la troisième économie mondiale ont augmenté de seulement 1,8% en mars par rapport au même mois de 2013, leur plus faible croissance depuis un an, alors que les économistes tablaient en moyenne sur une hausse de 6,3%.

La hausse des exportations vers la Chine, notamment, a ralenti à 4,3% sur un an après un bond de 27,6% en février, et les livraisons vers les Etats-Unis n'ont augmenté que de 3,5%, leur plus faible gain annuel depuis décembre 2012 quand elles avaient reculé de 0,8%, selon les données publiées par le ministère des Finances.

Les importations ont dans le même temps augmenté de 18,1% sur un an, après une hausse de 9,0% en février, alors que les économistes prévoyaient en moyenne un gain de 16,2%.

La balance commerciale a dû coup été déficitaire pour le 21e mois consécutif avec un solde négatif de 1.446 milliards de yens (10,2 milliards d'euros). Sur l'ensemble de l'exercice clos fin mars, le déficit commercial a atteint un niveau record de 13.750 milliards de yens (97 milliards d'euros).

LA BOJ SOUS PRESSION

En volume, les exportations ont baissé de 2,5% en mars par rapport à mars 2013, ce qui montre les limites de la politique de dépréciation du yen.

La baisse de la devise, censée favoriser les exportations, a aussi eu pour effet d'accroître la facture énergétique alors que le pays a dû fortement augmenter ses importations d'énergie fossile pour compenser la fermeture de ses centrales nucléaires après le tremblement de terre et le tsunami de mars 2011.

Les délocalisations de capacités manufacturières des grands groupes japonais ont en outre atténué l'apport du yen faible sur le secteur exportateur.

Or Tokyo compte sur les exportations, moteur historique de l'économie nippone, pour compenser toute baisse de la demande intérieure après la hausse de trois points de la TVA, de 5 à 8%, intervenue le 1er avril.

"On s'achemine vers une stagnation de l'économie pendant l'été", déclare Takeshi Minami, chef économiste du Norinchukin Research Institute.

La Banque du Japon (BoJ) a exclu de nouvelles mesures sur le court terme, estimant que l'économie poursuit sa reprise et que l'objectif d'un taux d'inflation à 2% dans deux ans est en vue, mais les marchés spéculent de plus en plus sur une action d'ici juillet quand la banque centrale publiera ses perspectives semestrielles.

"Si les exportations ne repartent pas et que la demande intérieure baisse plus que prévu en avril et en mai, la Banque du Japon pourrait assouplir sa politique dès juin ou juillet", juge Naoki Iizuka, économiste chez Citigroup Global Markets Japan.

Les économistes prévoient une contraction de l'économie sur le trimestre en cours en raison de la majoration de la TVA mais anticipent le retour à une croissance modérée ensuite.

Le gouvernement a réduit ses prévisions économiques pour la première fois depuis 2012 en raison de l'impact de la hausse de la TVA mais continue de tabler sur une reprise modérée qui, selon lui, ne justifie pas de nouvelles mesures de soutien.

La prochaine réunion monétaire de la BOJ aura lieu le 30 avril.

(Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...