Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Coronavirus : L'Occident soutient le vaccin d'AstraZeneca malgré sa suspension en Afrique du Sud

lundi 8 février 2021 à 07h12
Marché : Coronavirus: L'Afrique du Sud suspend l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca

par Alexander Winning et Olivia Kumwenda-Mtambo

LONDRES/PARIS/JOHANNESBURG (Reuters) - Plusieurs Etats occidentaux ont exprimé lundi leur confiance dans le vaccin contre le COVID-19 d'AstraZeneca malgré la suspension de son utilisation en Afrique du Sud à la suite d'une étude montrant sa faible efficacité sur le variant qui se propage dans le pays.

Alors que ce virus a fait à ce stade plus de 2,3 millions de morts dans le monde, l'apparition de variants très contagieux, notamment en Afrique du Sud, en Grande-Bretagne et au Brésil, suscite l'inquiétude, car elle pourrait nécessiter une modification de la formule de certains vaccins et des rappels de vaccination.

L'Afrique du Sud a suspendu le vaccin d'AstraZeneca après que des chercheurs de l'Université de Witwatersrand et de l'Université d'Oxford ont déclaré dans une étude préliminaire qu'il offrait une faible protection contre le variant B.1.351, désormais majoritaire au sein des personnes contaminées dans le pays.

L'étude ne fournit pas de données en ce qui concerne les personnes âgées, plus exposées aux formes graves et mortelles du virus. Elle n'indique pas non plus si le vaccin empêche de développer une forme grave de la maladie.

"Cette étude confirme, comme attendu, que la pandémie due au coronavirus continuera à se propager dans les populations vaccinées", a déclaré Andrew Pollard, chercheur en chef de l'essai mené par l'université d'Oxford. Il estime toutefois que les vaccins peuvent néanmoins faire baisser la pression sur le système de santé.

Le ministre sud-africain de la Santé, Zweli Mkhize, a déclaré que le gouvernement attendait les recommandations des scientifiques sur la marche à suivre pour les vaccinations.

Avant la circulation du variant plus contagieux du coronavirus, le vaccin développé par AstraZeneca était donné efficace dans 75% des cas. Le laboratoire anglo-suédois a indiqué samedi que son vaccin semblait protéger contre les formes les plus graves de la maladie. Il a fait savoir qu'il avait déjà commencé à adapter son vaccin au variant sud-africain.

VACCINATION SAISONNIÈRE

L'Afrique du Sud espère vacciner 40 millions de personnes, soit les deux tiers de sa population, mais n'a pas encore débuté sa campagne de vaccination. Elle espérait pouvoir administrer lundi des doses du vaccin AstraZeneca au personnel de santé. Au lieu de cela, les premières vaccinations devraient avoir lieu dans les prochaines semaines, avec les vaccins de Johnson & Johnson et de Pfizer-BioNTech.

Le vaccin d'AstraZeneca, plus facile à stocker et à déployer que celui de Pfizer ou celui de Moderna, constituait un grand espoir pour l'Afrique.

Si les vaccins ne sont pas aussi efficaces que prévu contre les variants du coronavirus, la bataille contre l'épidémie pourrait s'avérer plus longue et plus coûteuse que prévu.

L'étude de l'Université d'Oxford met ainsi en avant l'idée d'une vaccination saisonnière au fur et à mesure de l'évolution du virus.

Selon Sarah Gilbert, professeur de vaccinologie à l'Université d'Oxford, des recherches sont en cours pour développer une nouvelle génération de vaccins de rappel qui permettront une protection contre les nouveaux variants.

"C'est le même problème auquel sont confrontés tous les développeurs de vaccins, et nous continuerons de surveiller l'émergence de nouveaux variants qui se présenteront en prévision d'un changement de souche dans l'avenir", a-t-elle déclaré.

FRANCE, ALLEMAGNE ET ROYAUME-UNI CONFIANTS

Le vaccin AstraZeneca contre le COVID-19 empêche le décès des patients, de développer des formes graves et il est efficace contre les principales variantes du virus au Royaume-Uni, même s'il n'est pas exclu que les personnes vaccinées puissent recevoir une dose de rappel liée aux mutations, a réagi lundi le ministre britannique de la Santé, Edward Argar.

"Il n'y a aucune preuve que ce vaccin n'est pas efficace dans la prévention de l'hospitalisation, des maladies graves et de la mort, et c'est ce que nous recherchons en fin de compte avec ces vaccins aujourd'hui", a-t-il ajouté sur la chaîne Sky.

"Les souches dominantes dans ce pays ne sont pas la souche sud-africaine, il y a un petit nombre de cas, les souches dominantes ici sont la souche historique que nous avons eue, puis la variante découverte dans le Kent, contre laquelle ce vaccin est très efficace", a-t-il assuré.

D'après le ministre britannique de la Santé, 147 personnes ont été infectées par la variante sud-africaine en Grande-Bretagne.

En France, le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré lundi continuer de recommander l'utilisation du vaccin AstraZeneca dont les livraisons ont commencé samedi dans le pays.

"Aujourd'hui je continue de recommander aux soignants (...) la vaccination des publics cibles par le vaccin AstraZeneca, qui protège contre au moins 99% des souches qui circulent aujourd'hui dans notre pays", a-t-il dit.

En Allemagne, le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a estimé pour sa part que les élements dont on dispose actuellement donnent à penser que les trois vaccins homologués (ceux de Pfizer-BioNtech, Moderna et AstraZeneca) par l'Agence européenne des médicaments sont efficaces contre les formes graves du COVID-19.

La Grande-Bretagne et l'Australie ont appelé au calme, estimant que des études montrent que les vaccins ont empêché des formes graves et des décès.

"Nous pensons que les deux vaccins que nous utilisons actuellement sont efficaces, comme je l'ai dit, pour empêcher les formes graves de la maladie et la mort", a déclaré à la presse le Premier ministre britannique Boris Johnson.

"Nous pensons aussi, en particulier dans le cas du vaccin Oxford-AstraZeneca, qu'il y a de bonnes chances qu'il permette d'éviter les contaminations, avec je pense une baisse de 67% des transmissions".

L'Australie devrait homologuer le vaccin d'AstraZeneca dans les prochains jours.

"Il n'y a actuellement aucune preuve indiquant une réduction de l'efficacité des vaccins AstraZeneca ou Pfizer dans la prévention de maladies graves et les décès. C'est la mission principale, protéger la santé", a déclaré le ministre australien de la Santé, Greg Hunt.

(Avec Guy Faulconbridge et Kate Holton; version française Jean Terzian et Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2021 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+323.00 % vs +16.35 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat