Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Burger King discute du rachat du canadien Tim Hortons

Marché : Burger King discute du rachat du canadien Tim Hortons

Marché : Burger King discute du rachat du canadien Tim HortonsMarché : Burger King discute du rachat du canadien Tim Hortons

par Soyoung Kim et Euan Rocha

NEW YORK/TORONTO (Reuters) - Burger King discute du rachat de la chaîne canadienne de cafétérias Tim Hortons, ce qui pourrait déboucher sur la création d'une capitalisation boursière combinée de 18 milliards de dollars et permettre au spécialiste des hamburgers de se domicilier fiscalement en dehors des Etats-Unis.

Les deux groupes ont confirmé tard dans la nuit de dimanche à lundi l'existence de ces discussions qui, en cas de succès, permettraient de créer le numéro trois mondial de la restauration rapide, qui serait basé au Canada où la fiscalité des entreprises est globalement moins lourde qu'aux Etats-Unis.

La fusion proposée prendrait la forme d'une "fusion fiscale", et elle pourrait être bouclée dans les jours à venir, selon des sources proches des discussions.

Ces fusions sont de plus en plus fréquentes aux Etats-Unis, à l'image du rachat de Covidien par Medtronic pour 42,9 milliards de dollars et qui doit se traduire par une délocalisation du siège en Irlande.

Les deux groupes ont précisé que 3G Capital, actionnaire majoritaire de Burger King, contrôlerait la nouvelle entité, les actionnaires de Tim Hortons et Burger King en détenant le solde.

LE FONDS 3G CAPITAL RESTERA MAJORITAIRE

3G Capital, un fonds d'investissement basé à New York et d'origine brésilienne, a racheté Burger King alors en difficulté en 2010 pour environ 3,3 milliards de dollars. Il a ensuite réintroduit la société en Bourse en 2012, mais détient encore 70% de son capital, selon les données de Thomson Reuters.

Tim Hortons et Burger King doivent chacune poursuivre leurs activités sous leur propre marque, tout en bénéficiant de la mise en commun de leurs services, ont précisé les groupes.

Sous la houlette de son nouveau directeur général Marc Caira, Tim Hortons a récemment publié des résultats meilleurs que prévu, grâce notamment à l'offre de nouveaux menus, plus chers. La chaîne, qui peine à réussir son implantation aux Etats-Unis depuis quelques années, est confrontée sur son marché intérieur à la concurrence croissante des géants du secteur comme McDonald's et Starbucks.

Si l'opération se concrétise, ce ne serait pas la première fois que la chaîne canadienne passe sous contrôle d'un investisseur étranger. Elle a été rachetée par Wendy's International en 1995, qui s'en est séparée par la suite, en 2006, sous la pression de l'investisseur activiste Nelson Peltz.

Tim Hortons et Burger King ont indiqué qu'ils ne feraient pas d'autres commentaires sur le projet de rachat avant la constatation d'un accord ou d'un échec des négociations.

Burger King, fondé en 1954 et basé à Miami, en Floride, gère 13.000 sites dans près de 100 pays et territoires dans le monde. Sa capitalisation atteint environ 9,55 milliards de dollars.

Tim Hortons, basé à Oakville, au Canada, gère plus de 3.500 restaurants au Canada et plus de 850 aux Etats-Unis. Sa capitalisation boursière est d'environ 8,4 milliards de dollars.

(Nicolas Delame et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Joanny)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI