Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BCE : Une baisse de taux possible si la croissance faiblit

lundi 10 juin 2019 à 10h38
Marché : BCE: Une baisse de taux possible si la croissance faiblit

par Francesco Canepa et Balazs Koranyi

FUKUOKA, Japon/FRANCFORT (Reuters) - Des responsables de la Banque centrale européenne (BCE) sont ouverts à la possibilité d'une baisse de taux si la croissance économique faiblit dans le courant de l'année et si l'impact de la vigueur de l'euro vient s'ajouter au choc des conflits commerciaux, ont déclaré deux sources.

La BCE a déclaré jeudi, au terme de sa réunion de politique monétaire, que ses taux directeurs resteraient en l'état jusqu'à la mi-2020 mais son président, Mario Draghi, a ajouté qu'une discussion s'était engagée sur l'éventualité d'une baisse des taux ou de nouveaux achats d'obligations pour raviver l'inflation.

Certains investisseurs ont jugé ces propos un peu trop réservés de la part de la BCE, ce qui a poussé l'euro à un pic de deux mois et demi de 1,1347 dollar.

Mais selon deux sources au fait des discussions en cours au sein de la banque centrale, une baisse des taux est réellement envisageable si l'économie de la zone euro stagne devait marquer le pas après une croissance de 0,4% au premier trimestre 2019.

"Si la croissance et l'inflation ralentissent, alors une baisse des taux se justifiera", a dit l'une d'elles.

Un porte-parole de la BCE s'est refusé à tout commentaire.

Le taux de dépôt de la BCE est négatif, de -0,40%, et les Etats les mieux notés de la zone euro, comme l'Allemagne, peuvent emprunter à taux négatif sur des échéances allant jusqu'à dix ans.

Dans ce contexte, parer à une hausse trop importante de l'euro, plutôt qu'abaisser des coûts de financement déjà au plus bas, serait le principal motif d'une nouvelle baisse du taux de dépôt, a expliqué l'une des sources.

LE QE PAS EXCLU MAIS ENVISAGÉ AVEC PRUDENCE

"Je peux vous donner cinq raisons pour baisser les taux", a déclaré la source, avant de prononcer à cinq reprise les mots "taux de change".

Le BCE n'a pas d'objectif officiel de taux de change mais Mario Draghi a évoqué l'appréciation de l'euro jeudi lors de sa conférence de presse et ne cache pas que la monnaie joue un rôle déterminant dans l'évolution des conditions de financement.

Une source a dit qu'un euro à 1,15 dollar serait encore supportable pour certains mais que le seuil de 1,20 dollar serait décisif.

La monnaie unique a gagné 2% contre le dollar en à peine plus d'une semaine, portée par l'évolution du discours des responsables de la Réserve fédérale américaine, qui semblent désormais disposés à abaisser les taux si nécessité.

Certains analystes estiment que la Fed cède ainsi aux pressions de la Maison Blanche, qui ne veut pas voir le dollar se renforcer et veut renforcer sa position dans les négociations commerciales.

En revanche, certains responsables de la BCE semblent moins sensibles à l'argument d'une reprise de l'assouplissement quantitatif (QE), ont poursuivi les sources.

L'une d'elles a expliqué que relancer le QE pourrait apaiser la Bourse si l'aggravation des tensions commerciales pesait lourdement sur le moral des investisseurs. Mais le risque serait qu'on dise que la BCE cède face aux marchés, a-t-elle ajouté.

L'autre source a observé que le principal avantage du QE était de comprimer l'écart entre les coûts d'emprunt à court et long termes, rendant l'accès au crédit plus aisé pour les entreprises et les ménages. Mais cet écart, appelé prime de terme, est déjà faible, a-t-elle ajouté.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2019 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+286.40 % vs +10.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat