Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Avec mesure, Pictet & Cie mise sur les actions

Marché : Avec mesure, Pictet & Cie mise sur les actions

tradingsat

(CercleFinance.com) - Lors d'une réunion organisée ce matin à Paris, la banque privée helvétique Pictet & Cie a présenté son point de vue sur la conjoncture mondiale ainsi que les lignes directrices de ses décisions d'investissement. Globalement, or et obligations sont délaissés au profit des actions, quoiqu'avec avec mesure et sélectivité.

Basée à Genève, Pictet & Cie se prévalait fin mars 2013 d'un encours d'actifs sous gestion de 328 milliards d'euros.

Le responsable de la recherche économique et de l'allocation d'actifs de Pictet, Christophe Donay, a entamé sa présentation semestrielle par un tableau économique contrasté : il a qualifié de “strabisme divergent” l'orientation des conjonctures des deux rives de l'Atlantiques Nord. Certes, es autorités américaines (banque centrale et Etat fédéral) mettent en oeuvre un début de solution efficace au surendettement qui frappait les Etats-Unis. Mais tel n'est pas le cas sur le Vieux Continent où les politiques de rigueur, qui produisent certains effets positifs en Allemagne, plombent le dynamisme du reste de la zone euro. Dans cette région, et en dépit des garanties de la BCE, la soutenabilité des dettes publiques pose toujours problème. Dans les pays émergents enfin, le modèle de développement jusqu'alors centré sur les exportations se reporte graduellement sur les marchés intérieurs. A court terme, les modalités de cette transition constituent un facteur de risque.

Du côté des banques centrales, la Réserve fédérale américaine concentre l'attention : son président Ben Bernanke prépare actuellement les investisseurs à une réduction du volume de la dernière vague des rachats d'actifs (le fameux QE 3). Selon Pictet, cela devrait se matérialiser au second semestre, le QE 3 pouvant prendre fin en décembre prochain. Par la suite, il faudra attendre mi-2015 pour les premiers relèvements de taux, et mi-2016 pour les premières reventes d'actifs. Un risque à surveiller : les taux obligataires de long terme aux Etats-Unis, qui pourraient encore se tendre sensiblement.

Pour ce qui est des marchés financiers, et après un longue phase de crise, l'heure est maintenant à la normalisation, avec le retour d'une croissance qui devrait se renforcer aux Etats-Unis au second semestre et au-delà. Les tendances récentes observées sur les marchés d'actions, de l'or et de taux en apportent la preuve.

Comment adapter les portefeuilles dans une telle perspective ? Tout d'abord, avec le changement à venir de la politique de la Fed et une probable hausse du dollar à long terme, l'or n'est plus de mise : Pictet & Cie a réduit à zéro l'exposition de ses portefeuilles au métal jaune. Et ce d'autant que même en Europe, la perception du risque systémique a grandement diminué, ce qui pénalise cette valeur refuge.

Les obligations suscitent “l'inquiétude” de Christophe Donay : les investisseurs à la recherche de valeurs sûres s'étant rués dessus, de même que la Fed pour de toutes autres raisons, leurs rendements ont chuté - et leur valeur a donc mécaniquement grimpé. A tel point que “l'investisseur n'est plus rémunéré pour le risque pris”, affirme Ch. Donay. La nouvelle politique qui se profile du côté de la Fed ne fait que renforcer les risques sur ce compartiment.

Restent les actions, désormais moins sensibles au risque systémique : elles sont considérées, notamment celles cotées à Wall Street, comme “la classe d'actifs à privilégier dans la durée” par Pictet & Cie. Toutes ne sont cependant pas logées à la même enseigne : Christophe Donay estime d'ailleurs “intriguant” que les titres des secteurs cycliques soient globalement restés à l'écart du récent 'rally'. Il conseille de jouer le rattrapage du retard de ce segment, mais avec prudence en misant notamment sur les titres “value” (décotés, grosso modo). Quelques sous-thématiques : les financières pour jouer leur restructuration, les cycliques en général et les valeurs de croissance.

Attention aux valeurs dites défensives, qui étant donné la structure de leurs bilans risquent d'être pénalisées par une remontée des taux.

Il n'est pas encore l'heure de surpondérer les actions (37 à 38% de l'exposition actuelle des portefeuilles), estime Pictet & Cie. Mais si les principales hypothèques étaient levées dans les mois qui viennent, une hausse de l'exposition de 5 à 10 points de pourcentage n'est pas exclue.

Actuellement, Pictet & Cie ne joue pas les actions chinoises, étant donné (à court terme) les risques liés à la transition du modèle économique de l'Empire du Milieu. Ni les actions japonaises, qui viennent de corriger après une robuste hausse depuis novembre dernier : certes, du côté monétaire, les autorités nippones ont agi avec fermeté. Reste maintenant à voir si les réformes structurelles dont l'archipel a besoin seront vraiment mises en place. Sur ce thème clé, le flou devrait perdurer au moins jusqu'à l'été, date à laquelle doit intervenir un scrutin important à la chambre haute de la Diète, le parlement nippon.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...