Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Angoissé par la crise en Crimée

Marché : Angoissé par la crise en Crimée

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les marchés européens manifestent clairement leur angoisse face au spectre d'un affrontement armé entre la Russie et l'Ukraine au sujet de la Crimée, ainsi qu'à la dégradation des relations entre Moscou et les capitales occidentales.

Francfort plonge de 2,3%, Paris, Madrid et Bruxelles de 1,8%, Milan et Amsterdam de 1,6%, Zurich et Lisbonne de 1,3%, et Londres de 1,2%. Pour mémoire, Wall Street a pris 0,3% vendredi, mais Tokyo a perdu 1,3% ce matin.

'La situation en Ukraine est certainement la plus inquiétante à l'heure actuelle pour les marchés', juge un analyste d'IG, soulignant qu'ils 'ont toujours tendance à reculer dans ce genre d'environnement'.

'L'administration américaine parle de sanctions économiques contre la Russie et l'annulation du prochain G8 ou du moins de l'exclusion de la Russie de cette réunion, qui devait être organisé à Sotchi en juin prochain', rappelle-t-on chez Aurel BGC.

Ce contexte géopolitique tendu fait largement passer au second plan l'indice PMI final Markit pour l'industrie manufacturière de l'Eurozone. A 53,2 en février, il se redresse par rapport à sa dernière estimation flash de 53, mais recule par rapport au 54 en janvier.

Les Pays-Bas, l'Irlande et l'Espagne enregistrent une accélération de la croissance au cours du mois. L'Allemagne et l'Autriche continuent de figurer parmi les meilleures performances et la reprise se poursuit également en Italie, tandis que la contraction ralentit en France.

'Sous réserve que le ralentissement observé en février ne se poursuive pas en mars, le PIB de la zone euro pourrait ainsi enregistrer une hausse de 0,4 à 0,5% au cours des trois premier mois de l'année', estime Chris Williamson, chief economist à Markit.

Cet après-midi aux Etats-Unis, les opérateurs prendront encore connaissance des revenus et dépenses des ménages pour janvier, ainsi que des indices PMI et ISM du secteur manufacturier et des dépenses de construction.

De nombreux autres rendez-vous économiques sont attendus dans la semaine, en particulier les réunions de la BCE et de la Banque d'Angleterre jeudi, puis le rapport mensuel sur l'emploi américain, le lendemain.

Les valeurs financières figurent parmi les plus lourdement affectées par le regain de tensions géopolitiques, à l'image de Commerzbank (-3,7% à 12,6 euros à Francfort), Société Générale (-5,4% à 45,8 euros à Paris) ou KBC (-3,7% à 44,3 euros à Bruxelles).

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI