Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Amgen se renforce avec le rachat d'Onyx

Marché : Amgen se renforce avec le rachat d'Onyx

Marché : Amgen a conclu le rachat d'Onyx pour 10,4 milliards de dollarsMarché : Amgen a conclu le rachat d'Onyx pour 10,4 milliards de dollars

par Soyoung Kim et Michael Erman

(Reuters) - Amgen a annoncé dimanche soir le rachat du spécialiste des anticancéreux Onyx Pharmaceuticals pour environ 10,4 milliards de dollars (7,8 milliards d'euros), une opération qui vise à renforcer son portefeuille de produits alors que les ventes de ses principaux traitements de l'anémie déclinent.

Cette acquisition, conclue après deux mois de discussions, se classe au cinquième rang du classement des plus importantes fusions-acquisitions du secteur des biotechnologies.

Elle assure à Amgen la totalité des droits sur le Kyprolis, un traitement du myélome multiple, un cancer touchant la moelle osseuse, dont les analystes estiment le chiffre d'affaires potentiel à plus de deux milliards de dollars par an.

Ce rachat permettra aussi à Amgen de bénéficier d'une partie des revenus du Nexavar, un traitement du cancer du rein qu'Onyx partage avec Bayer, ainsi que de royalties sur le Stivarga, un nouveau traitement du cancer du côlon, ainsi que de futures royalties potentielles sur un traitement du cancer du sein en cours de développement avec Pfizer.

Amgen cherchait à étoffer son portefeuille depuis que les ventes de ses deux médicaments vedettes, l'Aranesp et l'Epogen, se sont orientées à la baisse en raison de doutes sur leur innocuité. Les brevets de quatre de ses cinq plus importants produits tomberont en outre dans le domaine public en 2015.

De nombreux laboratoires pharmaceutiques misent en priorité sur les anticancéreux car les traitements actuels n'ont qu'une efficacité limitée et les nouveaux traitements issus des biotechnologies permettent d'imposer des prix élevés.

Amgen a accepté de débourser 125 dollars par action pour prendre le contrôle d'Onyx, soit une prime de 4,2% sur le montant qu'il avait proposé en juin. Onyx avait alors jugé que cette proposition le sous-évaluait nettement et s'était mis en vente.

Les deux sociétés prévoient que le rachat sera finalisé au début du quatrième trimestre et Amgen estime qu'il devrait avoir un effet bénéfique sur son bénéfice net ajusté à partir de 2015.

PLUS GROSSE ACQUISITION DEPUIS 2001

Les discussions entre Amgen et Onyx avaient presque achoppé ce mois-ci lorsqu'Amgen avait exigé d'avoir accès aux données sur les essais cliniques en cours de sa cible, selon des déclarations à Reuters de sources proches du dossier.

Une source au fait de l'opération avait déclaré dimanche à Reuters qu'Amgen estimait avoir réuni suffisamment d'informations préalables pour mener l'acquisition à bien.

L'action Onyx a fini vendredi à 116,96 dollars. Elle valait 85,50 dollars le 28 juin, avant les premières informations sur l'offre à 120 dollars d'Amgen.

Pour ce dernier, le rachat d'Onyx constitue la plus importante acquisition depuis celle d'Immunex pour 16 milliards de dollars en 2001. Cette opération avait permis au groupe de mettre la main sur l'Enbrel, un traitement de la polyarthrite rhumatoïde, devenu depuis son principal produit en termes de ventes.

Il s'agit aussi de la plus importante acquisition réalisée par le directeur général d'Amgen, Bob Bradway, depuis son arrivée à la tête du groupe en mai 2012.

Les grands laboratoires pharmaceutiques ont multiplié les acquisitions dans les biotechnologies pour étoffer leurs portefeuilles de traitements et compenser les pertes de chiffre d'affaires liées aux expirations de brevet.

Le volume des fusions-acquisitions dans le secteur pharmaceutique sur les six premiers mois de 2013 ressort ainsi en hausse de 30% par rapport à la période correspondante de 2012. Parmi les opérations marquantes des derniers mois, le spécialiste des médicaments génériques Actavis a acquis Warner Chilcott pour 8,5 milliards de dollars tandis que GlaxoSmithKline a pris le contrôle de Human Genome Sciences pour 3,0 milliards de dollars.

L'acquisition d'Onyx devrait renforcer la position d'Amgen en oncologie. Plusieurs de ces médicaments actuels constituent des soins de soutien pour des patients cancéreux comme le traitement de l'anémie provoquée par la chimiothérapie. Un autre des traitements les plus récents d'Amgen, le Xgeva, vise à prévenir les fractures des patients dont le cancer a touché le système osseux.

Le Vectibix, son unique anticancéreux, un traitement du cancer du côlon, a toutefois été une déception.

Les analystes estiment qu'Onyx devrait réaliser l'an prochain un chiffre d'affaires de 878 millions de dollars selon Thomson Reuters I/B/E/S.

L'acquisition d'Onyx devrait accroître le bénéfice (hors GAAP) de 5% en 2015 et de 15% à 20% à l'horizon 2018, selon Mark Schönebaum, analyste chez ISI Group.

Lazard était la banque conseil d'Amgen pour l'opération tandis qu'Onyx était conseillé par Centerview Partners.

Marc Angrand et Marc Joanny pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...