Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Lloyds dans le rouge au 1er semestre, le titre chute en bourse

Marché : Lloyds dans le rouge au 1er semestre, le titre chute en bourse

Lloyds dans le rouge au 1er semestre, le titre chute en bourseLloyds dans le rouge au 1er semestre, le titre chute en bourse

par Sudip Kar-Gupta et Steve Slater

LONDRES (Reuters) - Lloyds a annoncé jeudi avoir subi une perte nette de 3,25 milliards de livres (3,7 milliards d'euros) au premier semestre, sous le coup d'une charge exceptionnelle prise sur des polices d'assurance vendues de manière irrégulière et une augmentation des pertes liées à l'Irlande.

Cette perte se compare au bénéfice de 1,3 milliard de livres réalisé l'an dernier à la même période. Mais, même en enlevant la provision de 3,2 milliards de livres passée pour couvrir le coût du dossier des polices d'assurances, le résultat net a reculé par rapport à celui du premier semestre 2010.

Vers 9h20 GMT, le titre Lloyds cédait 2,7% à 37,905 pence après être tombé plus tôt dans la séance à un plus bas de l'année de 35,755 pence, alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes cédait 0,2%.

Le bénéfice imposable ajusté de la banque britannique est ressorti à 1,1 milliard de livres, contre 1,6 milliard il y a un an et 962 millions attendus par les analystes financiers, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Lloyds avait déjà dit le 5 mai qu'il allait passer dans ses comptes semestriels une provision de 3,2 milliards de livres censée rembourser des clients ayant potentiellement trop payé pour certaines polices d'assurance.

La banque, détenue à 41% par le gouvernement britannique depuis la crise financière, a réduit de 17% ses provisions sur créances douteuses, les ramenant à 5,4 milliards de livres.

Mais cette baisse aurait été encore plus spectaculaire si les pertes sur mauvaises créances de ses activités irlandaises ne s'étaient pas creusées. Ces dernières sont passées de 1,6 milliard il y a un an à 1,8 milliard de livres.

En outre, la marge nette d'intérêts - qui se calcule en soustrayant aux intérêts facturés par une banque à ses débiteurs le coût de financement de ses emprunts - est tombée à 2,07% contre 2,12% au premier semestre 2010.

Lloyds a expliqué cette baisse de rentabilité par la persistance de coûts de financement élevés, le remboursement du gouvernement et un environnement très concurrentiel dans le segment des dépôts.

S'agissant de la crise de la dette de la zone euro, Lloyds a dit que le total de son exposition à l'Espagne, l'Italie, le Portugal, l'Irlande, la Grèce et la Belgique était de 189 millions de livres.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...