Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la bourse de paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la bourse de paris

Les valeurs suivies à la clôture de la bourse de parisLes valeurs suivies à la clôture de la bourse de paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mercredi à la Bourse de Paris, où le CAC 40, après une tentative de rebond technique en début de séance, a finalement clôturé en repli de 2,23% pour finir sous la barre des 3.700 points, à 3.696,56 points, pénalisé par plusieurs propos alarmistes sur la situation au Japon:

* Ce contexte d'inquiétude a de nouveau pesé sur l'ensemble des valeurs du CAC 40, qui ont toutes terminé en territoire négatif, EADS enregistrant la meilleure performance de l'indice en cédant 0,03% à 18,78 euros.

* STMICROELECTRONICS (-4,15% à 8,315 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, toujours victime des problèmes d'approvisionnement en composants que rencontre l'industrie des semi-conducteurs en raison de la catastrophe japonaise. De son côté ALCATEL-LUCENT a perdu 2,73% à 3,628 euros.

S'il est trop tôt pour chiffrer l'impact des événements au Japon, le fabricant de semi-conducteurs a fait état d'un risque sur son chiffre d'affaires du premier et du second semestres.

* Les VALEURS FINANCIÈRES ont grandement contribué à la baisse du CAC 40, BNP PARIBAS abandonnant 3,12% à 50,34 euros et SOCIETE GENERALE 2,62% à 44,60 euros, également pénalisées par un regain de craintes entourant la dette souveraine de la zone euro après la décision de Moody's d'abaisser à "A3" la note du Portugal.

NATIXIS a perdu 2,91% à 3,874 euros et CREDIT AGRICOLE 2,84% à 11,285 euros.

Par ailleurs, Crédit agricole a indiqué avoir évacué son personnel du Japon menacé par un accident nucléaire dans la centrale de Fukushima-Daiichi sur la côte nord-est du Japon, après le séisme et le tsunami de vendredi.

* TOTAL (-1,97% à 39,82 euros) et SCHNEIDER (-3,81% à 106 euros) ont été les deux autres plus gros contributeurs à la baisse du CAC 40.

* Le SECTEUR AUTOMOBILE a de nouveau souffert, RENAULT finissant en repli de 4,11% à 36,005 euros et PEUGEOT de 2,24% à 25,97 euros. Depuis vendredi les deux constructeurs ont perdu respectivement 13,2% et 7,6%. Hors CAC, VALEO a cédé 4,35% à 37,89 euros, soit un recul de 10,5% depuis la fin de la semaine dernière.

* En revanche, le certificat AREVA a rebondi de 2,07% à 29,40 euros, après avoir chuté de près de 20% entre vendredi et mardi sur fond de crise nucléaire au Japon.

* BOURBON (-5,22% à 32,06 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120 après avoir dévoilé des résultats 2010 en baisse plus forte que prévu, en raison notamment de conditions de marché difficiles. Mais le groupe a assuré que la hausse des prix du pétrole le plaçait désormais dans un environnement plus favorable.

* MERSEN a perdu 3,34% à 33,61 euros. Le groupe s'attend pour 2011 à une légère amélioration de sa rentabilité et à une nouvelle croissance, quoique ralentie, de ses ventes grâce aux marchés de l'électronique et de l'énergie solaire.

* CFAO (-2,96% à 26,20 euros) est lourdement exposé au Japon, 24% de ses ventes et "un peu plus de son Ebit" provenant de ses ventes de voitures japonaises, a estimé Exane précisant néanmoins que le distributeur dispose de quatre mois de ventes en stock.

* BOLLORÉ (+0,46% 153,05 euros) a fait état d'une hausse de 40% de son résultat opérationnel en 2010 grâce à la croissance de son activité transport, logistique et manutention portuaire. Le groupe diversifié a indiqué qu'il n'explorerait pas de nouveaux secteurs d'activité tant qu'il n'aurait pas concrétisé ses projets de véhicules électriques.

* ZODIAC AEROSPACE a gagné 0,38% à 47,14 euros après avoir relevé sa prévision de chiffre d'affaires pour 2010-2011, à la faveur d'un deuxième trimestre meilleur que prévu soutenu par la reprise du secteur aéronautique.

* En revanche, TRANSGENE a chuté de 5,85% à 11,11 euros. La société française de biotechnologie a continué à creuser sa perte en 2010 et a déclaré que certains de ses projets avaient pris du retard.

Raoul Sachs, Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI